hello@kamermoov.com
dimanche, décembre 4, 2022
On Djoss

Kery James : « Je serai à Douala le 23 Mai…»

Annoncé pour le 14 mars, reporté pour des raisons financières, le spectacle de Monsieur Kery James est reprogrammé pour ce samedi 23 Mai à partir de 14 heures du coté de la maison de parti de Bonanjo.  Pour en savoir plus sur ce concert, Kery James a bien voulu répondre à nos questions.


Kamerhiphop.com : Bonjour Kery James, le 14 mars dernier tu étais annoncé en spectacle à Douala, spectacle qui  a été finalement  annulé ; peux tu me donner les raisons de cette annulation ?
Je ne connais pas les détails mais je crois que c’est un faux bon de la part d’un sponsor de l’évènement. Moi j’y suis pour rien j’étais prêt à partir et cette fois ci le 23 mai ça va se faire. Inch Allah, si Dieu veux.


Il parait qu’une nouvelle date est entrain d’être trouvée ?
Ouais la date du 23 mai a été retenue.


Le public est déçu par cette annulation, aujourd’hui quel message tu peux envoyer  à ces jeunes  pour qu’ils se ramènent massivement ?
C’est malheureusement des choses qui arrivent, c’est un métier comme un autre. Des fois on monte des projets qui n’aboutissent pas mais ce n’est pas une volonté de ma part de ne pas venir jouer au Cameroun au contraire je suis motivé et j’espère que ce rdv du 23 mai leur fera oublier ce rdv manqué.


Connais-tu le Cameroun ? Qu’est ce qui t’a poussé à accepter la proposition d’Eyes concept ?
Non je ne connais pas le Cameroun, mais eyes concept sont connus pour êtres des gens sérieux donc ya pas de problème.



En 1991 tu fondes avec trois de tes amis le groupe Ideal J, à cette époque là, tu te disais que c’est juste pour prendre du plaisir ou tu avais l’intention d’en faire une profession ?
Nous quand on a commencé le rap, on a commencés par plaisir. J’ai commencé par la danse à l’origine mais comme notre disque est sorti assez tôt on a très vite eut une idée de ce que pouvait être la profession de notre art. Mais à l’origine quand on a commencé il n’y avait pas d’argent à gagner dans le rap, les gens se moquaient carrément des gens qui faisaient du rap à l’époque et donc c’était vraiment par passion.


Un an plus tard, vous sortez votre premier maxi « La vie est brutale » tu n’as que 14 ans…
C’est un maxi qui sort un peu grâce à MC Solaar qui tenait des ateliers d’écriture à l’époque dans ma ville à Orly, il n’avait pas encore explosé pour le grand public mais était déjà assez connu, et c’est lui qui m’a permis de rencontrer mes premiers producteurs et de sortir ce maxi. On aussi profité du fait que Kriss kross venait d’exploser et nous on était jeunes. Nos producteurs voulaient faire de nous les Kriss kross français et nous on avait d’autre projet.


Malgré le succès qu’a connu le groupe avec notamment l’album « le combat continue » et le titre culte « hardcore », vous étiez considéré comme des mauvais garçons du hip hop français. Pourquoi vos textes dérangent ils tant le gouvernement français ?
Long silence…on passe à une autre question ?


En 2001 tu sors ton premier album solo « si c’était à refaire » que regrettes tu alors que l’on sait que tu souhaitais tiré un trait sur ton passé notamment le décès tragique de ton ami d’enfance Las Montana (membre du groupe Ideal, ndrl) ?
A cette époque il y a plein de choses que j’ai compris sur la vie en général et sur moi-même en tant qu’homme. Et comme Je voulais quitter l’univers de la rue, et nous on avait mélangé la musique et la rue…les gens avec qui j’étais dans la musique c’était les gens avec qui j’étais dans la rue. J’ai voulu arrêter la musique au départ et ensuite j’ai repris essentiellement pour faire passer un message plus que pour la musique elle-même.


Ce décès t’a amené à t’éloigner du hip hop et à te convertir à l’islam, Alors qu’est ce que la religion t’a apporté ?
Tout ce que j’ai fait depuis 2001, c’est certainement du à ce que j’ai appris dans la religion en ce qui concerne l’accomplissement d’un homme.


Il parait cette reconversion à l’islam orthodoxe a dérangé ta maison de disque qui a décidé de te lâcher malgré le succès de « si c’était à refaire » qui a été disque d’or ?
Non non ce n’est pas ça, c’est qu’après j’ai fait « savoir vivre ensemble » qui était un projet vraiment spécifique sur l’islam, c’est vrai que sur ce projet là ma maison de disque ne m’a pas suivi et j’ai du le faire en indépendant chez Naïve. Comme on est dans un système qui est quand même plus capitaliste qu’autre chose, qu’importe la forme sous laquelle tu fais les choses si tu ramènes les résultats qui vont avec tu trouves toujours quelqu’un pour te suivre.


Quand tu intitules ton quatrième album « à l’ombre du show business » est ce pour décrier le coté commercial du hip hop aujourd’hui ?
C’est pour dire qu’à ce jour, je me considère comme ayant toujours été à l’ombre du show business, et j’ai toujours eut une reconnaissance du public mais pas la reconnaissance du métier…après plus de 15 ans de carrière discographique, il a fallu attendre l’année dernière pour que je sois nominé aux victoires de la musique parce qu’ils pouvaient difficilement faire autrement, ils ont préféré donner le prix à d’autres personnes. En fait le show business ne m’a jamais apporté une cerise sur le gâteau. Tout ce que j’ai ce sont des choses que j’ai arraché où je me suis imposé où ils ne pouvaient pas faire sans moi quoi. J’ai vu quand j’ai terminé mon album solo « ma vérité », quand j’ai fait le tour des maisons de disque y a pas une maison de disque qui m’a fait des propositions. C’est-à-dire que le jour où ils pourront faire sans moi, ils feront au plus vite sans moi.


Ton cinquième album est sorti le lundi 27 avril 2009, artistes invités nous avons Medine, Le Rat Luciano et Admiral T, à quoi dois t on s’attendre ?
C’est un album qui est moins ouvert musicalement que le précédent (à l’ombre…), c’est un album qui comme son nom l’indique (REEL) est en accord avec la réalité où j’aborde des thèmes de société qui sont assez récents et qui touchent les gens. REEL peut vouloir Rap Engagé Educatif et Libre. Donc c’est un album qui est plus contestataire que le précédent.


Connais-tu le hip hop camerounais ?
Non je ne connais pas très bien le hip hop camerounais.


Comptes-tu les hip hoppeurs camerounais  à ton arrivée au bled ?
Si le temps nous le permet bien sur évidemment.


Un message à l’endroit de tes fans ?
Merci.

Leave a Response