hello@kamermoov.com
dimanche, juin 23, 2024
On Djoss

Yves De Mbella : « je souhaite rentrer au pays monter un groupe de presse….»

Icône  dans  le domaine de la communication (radio et télé) et de l’événementiel, Yves de Mbella vit depuis une quinzaine d’années à Abidjan, capitale du show-biz de l’Afrique subsaharienne. Dans cette interview vérité, Il nous parle du spectacle de Diam’s donc sa structure (Capricorne Productions, ndlr) avait en charge la venue avec le soutien d’Orange Cameroun, de ses Awards (les N’importe quoi Awards, ndlr) qui ont fait couler beaucoup d’encre du coté d’Abidjan, du hip hop camerounais, de son retour au bled…

Bonjour Yves de Mbella, animateur radio et télé, producteur, présentateur de spectacles… j’ai oublié d’autres casquettes ?
Non tu n’as presque rien oublié à part le fait que je fais aussi des affaires « opportunistes » dans tous les domaines (immobilier, transport, lobbying, etc…)

Très brillant à l’école, tu abandonnes les études après un Deug en droit, (plus tard un BTS en communication, ndrl) pourquoi cette soif d’aventure très jeune ?
L’envie de m’assumer et surtout de m’offrir les choses coûteuses que je demandais à mes parents et qu’ils rechignaient à m’acheter pour éviter la frustration de mes autres frères et sœurs.

Tu quittes le Cameroun pour la Cote d’Ivoire, pourquoi ce pays  et pas un autre ?
J’y étais parti en vacances avec ma fiancée de l’époque en mai 93. J’ai senti l’arrivée des médias privés et quand on me « chasse » de la Crtv, j’y vais naturellement relancer les personnes que j’y avais contacté. En plus j’avais passé quelque temps en Europe et je n’avais pas envie d’y retourner.

Tu atterris à Radio Nostalgie, ça se passe comment pour toi dans cet univers du showbiz Ivoirien ?
Bien car j’arrive pour apprendre et non pour démontrer. Mon humilité m’a beaucoup aidé et je me suis fait adopter par les stars en vogue à cette époque là.

Il s’est raconté il y’a quelques temps qu’entre toi et Eric Didia (un autre animateur de Nostalgie, ndrl) existait une mésentente ; aujourd’hui la hache de Guerre a été enterrée ?
Oui la guerre est enterrée depuis le samedi où il s’est invité à mon émission à grosse audience pour me demander pardon et me présenter ses excuses en direct. (
www.rienacacher.net)

L’année dernière tu as organisé « Les N’importe quoi Awards » de quoi s’agit-il exactement ?
C’était un sondage décalé avec des catégories originales dans le showbiz (le ou la plus beau/belle, sexy, nul/nulle, vilain/vilaine, etc).Le public a apprécié et s’est donné à cœur joie, mais certains animateurs ont très peu apprécié cette dure vérité.

Une de tes collègues L’animatrice Léonie Konian a déposé plainte contre toi, pour avoir été classé « 3e vilaine animatrice… » Alors que toi tu as été classé par les internautes comme « l’animateur le plus élégant ». Aujourd’hui ou en est l’affaire ?
J’ai fait appel de la décision de justice qui me condamnait à lui verser 10 millions de dommages et intérêts. Je signale que la présidente du jury était une femme. Rires !

Quelle relation entretiens-tu avec les animateurs locaux et avec le grand frère Consty Eka ?
J’entretiens avec eux une Relation cordiale et de respect.

Tu as dit dans une interview accordée à nos confrères d’okabol.com sur la question de savoir si le Cameroun te manque parfois ? Voici un extrait de ta réponse « j’ai toujours eu du Cameroun le souvenir d’un pays où il faut se battre pour réussir et s’imposer facilement ailleurs. Mais aussi un pays de jalousie, de méchanceté de la part de certaines personnes… Le Cameroun me manque quand je pense à certaines choses (parents et amis, musique, mets culinaires). Mais il ne me manque pas quand je pense à cette méchanceté et à cette jalousie qui habite certains… », qui sont ces jaloux et ces méchants ?
Tous ceux qui passent leur temps à tirer des ficelles pour souhaiter et occasionner l’échec des winners. Ce sont aussi ceux qui ne supportent pas la réussite des autres.

En 2008 ta structure « Capricorne » fait venir la rappeuse française Diam’s avec le concours d’Orange Cameroun à Yaoundé. Le premier concert a été reporté (Diam’s était malade), le second l’artiste est venue mais un problème de sécurité a empêché le concert d’avoir lieu (les fans ont piétiné les câbles qui a entrainé l’arrêt du matos…). Beaucoup de choses ont été dites, aujourd’hui donne moi ta version des faits…que s’est il réellement passé ?
Par respect pour le sponsor qui a cru en cet événement jusqu’au bout, notre police qui regroupe malgré tout des éléments consciencieux et la structure de location du matériel qui est, il ne faut pas l’oublier, composée de travailleurs humains, permettez que je réserve mon explication à une occasion où on pourra tous se retrouver pour évoquer cet échec collectif que je suis aujourd’hui seul à porter et que j’assume.  Heureusement qu’avant et après ça je n’ai aligné, Dieu merci, que de gros succès partout en Afrique.

Que penses-tu du hip hop kamer ? Quelle place selon toi elle occupe sur le plan africain ?
Je suis tout ça de loin mais je connais quelques uns de nom. Je salue le travail de mon frangin Tony Nobody et surtout de toute l’équipe des Couleurs Urbaines du dynamique Hans Mbong.

T’as des conseils à prodiguer aux jeunes animateurs camerounais ?
Intégrer en permanence le fait que l’animation est un métier rentable, pas en rackettant les producteurs d’artistes ou en étant des gigolos mais en utilisant toutes les activités dérivées à cette activité.  Autre conseil, éviter de rouler les « r », ce qui donne une monotonie sur les antennes.  Il n’y a pas mieux qu’un animateur naturel. Regardez Tchop-Tchop que je salue !

Un contact pour des fans ?
yves_de_mbella@yahoo.fr ou sur facebook, http://www.facebook.com/home.php?#/profile.php?id=674059468&ref=ts

Ton dernier mot ?
Mon souhait : rentrer au pays monter un groupe de presse (radio-télé-magazine).

Leave a Response