hello@kamermoov.com
samedi, décembre 3, 2022
On Djoss

Benjo Styl’ : « Merci à ceux qui maintiennent le flambeau allumé…»

Premier artiste à produire une compile de rap au kamer « du fonds des égouts » en 1999, Benjo Styl’ nous parle de ce hip hop tel qu’il a vécu.  


Bonjour Benjo Styl’, tu fais parti des précurseurs du mouvement hip hop au bled, en quelques mots peux tu me parler de la genèse de ce mouvement ?
Benjo Styl’ : Pour être honnête, ils n’étaient pas nombreux à cette époque là,  je parle de l’année 1983 ; Il y’avait : Claude qui arrivait de la région Parisienne ou il reparti l’année d’après, JJ Mineli (Paix à son âme), Franky P Mon frangin (rien à voir avec le chanteur), Benjo Styl’ à l’époque Benjo P. C’était une tendance de jeunesse, le Break dance et nous 4 avions décidé de toaster dans nos groupes respectifs ; En Anglais S’il Vous Plait. Nous écoutions alors : Kurtis Blow, Grand Master Flash, Rappers Delight …et un peu Sidney Duteil. Après trois ans certains ont suivi d’autres tendances, leurs passions, leurs études et certains les deux : J’en fais parti. Mais très honnêtement, j’ai été le cadet de cette ‘’Génération d’inspirateurs’’ qui est sortie de la Profession.


Toi qui est là depuis plus de 20 ans, alors quelle analyse fais tu du hip hop kamer ?
Notre Hip-hop (Le hip-hop Camerounais) est inexistant car très peu pratiqué ; Mais nombreux sont les adeptes/pratiquants du Hip-hop au Cameroun. Les pratiquants malheureusement ne se seront jamais rapprochés de leurs prédécesseurs, ils ont plutôt souhaité à tort ou à raison réinventer la roue. C’est ainsi que quand on les écoute au jour d’aujourd’hui on entend le même débat que dans les années 80 avec Claude et Franky, et dans les 90 avec Lazy B, Bilik, Sadrak, OAN, Bantou Po-si état d’urgens…dans les années 2000 avec  Toopy, Terror, Amokran… quelques fois ils ont tendance à compter sur la ‘« DIASPORA » ; Je me souviens de la plus grande perte de temps que nous ayons subi : ‘’Le projet : Lions Indomptables du Rap’’ avec un compatriote.
Ils auraient pu bâtir sur nos Learnings…Et se prendre en main. Qui soit prêt à nous supporter.


Benjo, que devient ton label mission akomply ?
« Mission akomply » est « au frais » car nous avions entamé des enregistrements chez DJ Kool avec plusieurs acteurs du Hip Hop Kamer. Les sons sont ok, restaient les prises de voix et ce qui s’en suit dans la prod. Malheureusement ma vie professionnelle s’est déportée à l’étranger, au Maroc. L’essentiel n’étant pas de réaliser des cartons de CD, il faudrait une ressource qui puisse suivre ce projet en y mettant du cœur. Ça, je n’ai pas trouvé.


Tu as été le premier rappeur à mettre sur le marché une compile au kamer « du fond des égouts » en 1999, peux tu me raconter l’aventure ? 
L’aventure « mission akomply » a été la matérialisation d’un rêve conduit à bon port car dans cette culture, réussir, c’est faire réussir…Par ailleurs, les acteurs de la première compile ne partageaient pas la même vision que leur producteur car pour certains d’entre eux être sur un CD c’était la consécration et l’apogée ! Pour exemple, ils ne voyaient pas d’intérêt d’être affiliés à une société de droits d’auteur etc…Certains voulaient leurs quantités de CD et puis basta! Figurez-vous qu’un jour au sortir d’une discothèque, j’ai été attaqué aux armes par un d’entre eux. Là, j’ai arrêté d’avancer sans être certain que nous soyons alignés mais c’est bon on est en contact sur d’autres sujets; Conseil à ceux qui veulent se lancer dans la prod au kamer : certains sont très peu ambitieux, mais si on me présente un projet sérieux et ambitieux,  je pourrais m’engager.


En 1994, tu as fait une musique pour les lions qui était accompagné d’un clip vidéo, à l’occasion du monde 94. Ce morceau était dans un album ou c’était juste un morceau sorti à cette occasion ?
C’était un Album de 8 titres intitulé « RAP INDOMPTABLE » c’est de là que sort le titre sur le sida primé par « Solidarité SIDA »


Quelques anecdotes ?                          
J’arrive très bientôt sur la scène avec « des anciens qui sont à l’étranger et sur place » (sadrak, OAN, OBRA, Raoul D…) c’est un projet qui verra le jour sans que les acteurs ne se rencontrent, c’est  trop fou comme projet, mais on en rêve. Merci à ceux qui maintiennent le flambeau allumé.

Leave a Response