hello@kamermoov.com
dimanche, décembre 4, 2022
On Djoss

Achille Djoumsie : « Je veux participer à la création de l’industrie du disque au Cameroun… »

Responsable de la structure Ach4life, Achille Djoumsie est devenu incontournable en matière d’organisation d’événements du coté de Douala. Il s’est livré à nous.


Bonjour Achille, aujourd’hui ta structure (Ach4life) contrôle les spectacles du coté de Douala ; quel sentiment cela te fait ?
Bonjour Idy, bonjour à tous les internautes de kamerhiphop.com. Tout d’abord, je dis Merci pour l’intérêt que kamerhiphop accorde à ma modeste personne et à mes œuvres en m’accordant cette interview. Pour répondre à ta question, je ne parlerai pas de contrôle, mais d’occupation d’espace car en réalité je fais des spectacles pour maintenir allumée la flamme du hip hop kamer qui menace de s’éteindre si rien n’est fait. Nous devons multiplier les spectacles dans les quatre coins du pays pour voir notre hip hop grandir. Ce n’est pas de l’autosatisfaction, mais au contraire un sentiment de labeur inachevé car je suis conscient que la route est longue et que beaucoup reste à faire.
 
A chaque fois tu fais salle comble ; c’est quoi ton secret ?
Mon secret c’est de la détermination, la foi au hip hop kamer, le choix méticuleux des artistes, une maitrise parfaite de la scène hip hop locale et surtout le respect de la parole donnée car même dans les moments les plus difficiles, ach4life a tenu à sa parole. J’ai aussi la chance d’avoir pu rassembler autour de moi, une équipe de guerriers, d’activistes, de passionnés de hh kamer qui m’apportent leur positivité. Je parlerai aussi de mes bons rapports avec les artistes qui comprennent ce pour quoi nous sommes là et n’hésitent pas à réduire à 0 F leurs cachets pour rendre le spectacle possible. 


En quelques mots raconte-moi un peu l’aventure Ach4life. Comment est née la structure ?
Ach4life voit le jour en octobre 2007 lorsqu’il m’est confié l’organisation de la sélection des artistes du Littoral pour les CAMERHHA par BORDER BLASTER et PMAC CONSULTING de Hervé Ndjag (PHEN). Après le succès de cette soirée qui était sur le modèle café concert, j’ai été approché par des acteurs du hip hop de Douala (rappeurs, promoteurs, animateurs, etc…) qui me demandaient de continuer. Ayant déjà une bonne expérience en terme d’organisation de spectacle et en tant qu’ex rappeur aux premières heures du rap kamer  membre fondateur de UMAR CVM, ce n’est que naturellement que je me suis lancé dans ce vaste chantier de création d’une plateforme permanente de diffusion et de promotion de cultures urbaines. Cette aventure nous a menés du complexe le verdon sous le concept « CAFE HIP HOP LA RUE TE CAUSE », au manège en passant par Bélavie Akwa (URBAN GREATNESS) et depuis janvier 2010 à l’hôtel deido plage (URBANIZ).


Commencé à Belavie Akwa, aujourd’hui tu l’as déporté du coté de Deido Plage. Pourquoi ce choix ?
Je parlerai plus tôt de transit car tout a réellement commencé  au complexe le Verdon. Nous nous déportons à Deido plage parce que le succès du concept a amené le proprio de l’espace en homme d’affaire avisé à lancer sur ce site la construction d’une véritable salle de spectacle répondant aux normes de l’art avec pour modèle la salle du CCF de Douala. Le chantier est en cours et j’espère que la collaboration reprendra à la fin des travaux.


Organisateur de spectacle, manager artistique ; où comptes tu t’arrêter ?
Dans le rapbiz, mon modèle immédiat est DAMON WILLIAMS, manager du label Européen BORDER BLASTER. RUSSELS SIMMONS fondateur des labels DEF JAM et PHAT FARM est le modèle lointain. Ma véritable passion est le développement d’artiste, choisir un rappeur inconnu, le préparer et faire de lui une star mondiale bref je veux participer à la création de l’industrie du disque au Cameroun. 


On t’a connu à tes débuts comme représentant d’une structure basée en Suède (Border Blaster) ; que devient cette collaboration ?
La collaboration est en cours; tous les projets initiés et commencés sont mis en standby à cause de la grande indisponibilité du manager général qui est comme vous devez le savoir très occupé par d’incessants voyages à travers le monde. J’espère qu’avec la période de trêve que le monde du show biz observera pour raison de coupe du monde lui donnera une ou deux semaines pour venir au Cameroun poursuivre la réalisation de nos nombreux projets.


Vous avez lancé il y’a un an et demi le Border Blaster Talent Search qui a vu la victoire de Sir Nostra. Ou en est le projet ?
Sir Nostra
a reçu des instrus de plus grands producteurs mondiaux et est entrain de finir l’écriture. Il ne manque plus que la présence du Boss de BBI pour l’enregistrement. Du moins il est d’une patience exceptionnelle et je me suis promis de tout mettre en œuvre pour que ce projet se fasse. 


Vous avez dit je cite « BORDER BLASTER TALENT SEARCH c’est, un mois de présélection et de compétition musicale avec à la clé un contrat d’artiste d’un an et un album, 2 millions de francs CFA d’avance, 2 clips vidéos de qualité internationale, un budget promotionnel d’environ 10 millions de Francs CFA, une distribution mondiale de l’album, une compile de 10 artistes issus de la présélection appelée CAMEROONIAN HIP HOP INVASION 2009 ». Ces promesses sont toujours d’actualité ?
Si je m’en tiens aux propos de Damon Williams en qui je fais pleinement confiance je dis oui, ses promesses seront tenues et auraient dû se tenir depuis longtemps. Moi en ce qui me concerne, j’ai rempli ma part du contrat et j’ai livré le vainqueur que Douala a voulu. il parait qu’Ach4life est sur un projet, la toute première compil 100% meufs.


20cent déclare dans une interview qu’elle nous a accordé, je la cite « après le succès de la soirée urban ladies organisée en mars dernier par Ach4life du côté de déido plage, le label urbaniz a jugé bon de réunir les filles sur un projet afin de promouvoir le hip hop féminin au Cameroun… Actuellement nous sommes encore en studio. Mais d’ici peu tout sera bouclé et je vous promets que ça va être de la balle… ». Parle-moi de ce bébé en gestation ?
Cette compil pilote est la suite logique du concept URBAN LADIES qui consiste à révéler nos sist’arts du hip hop. Les filles ont accueilli le projet avec beaucoup d’enthousiasme et sont bien plus motivées que moi. Pour la réalisation, j’ai sollicité la collaboration du studio SQUAD ROOM ici à douala, et des beat makers comme ANGELOT de KOV records, OBIDY STYLE de CRAZY RECORDS, SHAREEM de Dance Floor Studio. La direction artistique est assurée par HOBSKUR et JACK NAPIER. Si la partie technique respecte ses délais, ce projet verra le jour en septembre 2010. Nous ferons la présentation à Yaoundé via le kamerhiphop show et à Douala. les filles sont issues de ces 02 villes mais aussi de la diaspora (PARIS).    


Pourquoi pour ton baptême de feu dans la production, tu choisis les meufs ?
Dans ma démarche, j’ai toujours été l’avocat des oubliés et je suis un adepte de l’innovation, de la surprise malgré les gros risques d’échec. Sur le plan artistique, j’ai toujours été impressionné par ses filles qui osent se déployer dans un milieu de mec. Non seulement elles rappent dur mais en plus elles chantent juste. Les messages sont plus sincères avec beaucoup de tendresse. Sur le plan purement biz, après 02 éditions j’ai fait un constat simple: les spectacles URBAN LADIES I et II étaient les plus chauds, battant les records des entrées vendues. Les hip hopeurs kamers étant des gentlemen avaient besoin de plus de présence féminine, la seule LADY B ne pouvant réchauffer tous ses broth’arts. Donc avec les meufs, je suis sur et certain de bousculer le rapbiz camerounais car croyez moi, elles ont leur mot à dire!  


Rien d’oublier ?
Juste un appel à l’unité, à la collaboration dans notre hip hop. L’heure est à la construction. Occupons l’espace et recrutons des adeptes en multipliant des scènes, en réalisations de bons albums et de beaux clips, ce n’est que par là que nous vendrons des disques.
Aussi des big up aux activistes pour qui j’ai beaucoup de respect: Damon Williams, Phen, Hans Mbong, Luis tsoungui, Idrissou et Dany Z, Corry et Paulin, DJ Bilik, Boudor, Olivier NKU, TOny Nobody, Aimé Moukoko, Guy Ella, Shaman, Pany, Clémence du secteur A.
A ma dream team : Steve William, B 136, Hobskur, Zita, Reptil, MOHMO, NONO, dj sunshine, dj donald, serge Nola, Sir Nostra, Duc Z, 20 Cent, Adomine, Franky P, Killamel etc…


Un message à l’endroit des jeunes qui aimeraient participer au spectacle Ach4life ? Ou te contacter ? Quelles sont les conditions à remplir ?
Etre peace and love comme moi, avoir l’amour de la zik et un esprit conquérant.


Mon contact: 00 237 99 44 55 29,  ach4life@gmail.com

Leave a Response