hello@kamermoov.com
samedi, décembre 3, 2022
On Djoss

MH : « je compte m’imposer dans toute l’Afrique avec cet album… »

Après le titre « Tchoko » qui l’a révélé au grand public, le rappeur MH a connu un passage à vide certes, mais lui a permis de concocter un magnifique album qui fera certainement parler de lui ces temps-ci. Nous l’avons rencontré sur le tournage de son nouveau clip « Et si on avait le choix ? » le titre où il est en feat avec Final D.


Déjà qu’est ce qui pourrait expliquer ton silence, après ton premier projet « Tchoko » qui a pourtant marché ?
Il a fallu que je fasse un break, vous savez quand vous commettez un premier projet et que vous le présentez au public, vous avez une idée claire de ce que le public veut en fait. Ce qui a fait qu’en sortant « Tchoko », derrière j’avais un album déjà prêt mais que j’ai dû effacer parce que le public m’a fait comprendre autre chose. Alors j’ai dû prendre mon temps pour sortir ce projet-ci, au lieu de fonctionner à la « vas vite » comme on le constate de plus en plus certains de nos confrères. Aujourd’hui j’apporte une musique qui a des colorations plus africaines et surtout camerounaises.


Parlons de ton album, il faut dire qu’il comporte 13 titres et s’intitule OKOO MH l’artistocrate, quel est le message sinon la thématique qui s’y dégage ?
Mon album parle un peu de tout, de notre vécu, d’amour, j’y rends également hommage à ma mère. Je vais vous lâcher quelques titres comme ça…, vous aurez une idée de son contenu : « Et si on avait le choix ? », « Je suis l’enfant africain », « okoo arrêtez le Tchoko », « le Cameroun vu de face », « okoo ne me dites pas qu’il n’ya pas les do », « prions Psaume 23 », « un pour tous », « carton rouge », « Mami c’est how » ici je demande à nos sœurs pourquoi elles sacrifient le vrai amour pour le matériel…


Quels sont les collaborations que l’on retrouve dans cet album ?
Plusieurs noms connus, entre autres Layone, Krotal, Corry, Final D, Gaëlle, Jah et Jamar, Sultan Oshimihn, Djess Panebo…


Parle-nous un peu de Saya Records et la production de ton album…
Saya c’est mon producteur, il a épousé ma vision, une vision à la Luis Tsoungui, voilà pourquoi il est très présent dans l’album.


Penses-tu faire plus fort avec cet album, que tu ne l’as fait avec ton précédent ?
Avec cet album, je compte m’imposer dans le continent. Parce que j’en ai marre de voir ou d’entendre que Toofan a signé dans une grosse maison de disque, P Square ou encore 2face, mais jamais au Cameroun avec tous les talents que nous avons. Hier 17 février, j’ai eu 31 ans, donc pour vous dire que l’heure n’est plus aux blagues, quoi.


Déjà joyeux anniversaire…
Merci frère.


Alors quelle politique prévois-tu pour promouvoir ton disque et l’étendre sur tout le continent ?
Vous savez, la distribution c’est la routine, mais j’ai une distribution personnelle que je compte mettre sur pied avec l’appui de plusieurs partenaires. Je souhaite également que les structures spécialisées viennent signer les contrats de distribution avec nous, nous sommes ouverts.


MH nous allons nous séparer, as-tu autre chose à ajouter ?
Merci à kamerhiphop, pour tout ce qu’il fait pour le hip hop camerounais, vraiment big up et ne vous arrêtez pas parce qu’on a besoin des gens comme vous, qui pensent positif pour faire avancer les choses. Parce que s’il n’ya pas des gens comme vous, franchement je ne sais pas où serait le mouvement aujourd’hui. Mon souhait serait que l’on puisse tous s’allier pour avancer, même si je sais que certains ne partagent pas cet avis et préfèrent évoluer seuls. Merci à vous.
 

Leave a Response