hello@kamermoov.com
samedi, décembre 3, 2022
On Djoss

IVEE : « J’assimile cet album à une bombe… »

Il est considéré par plusieurs comme étant l’un des plus talentueux artistes RAP de sa génération. IVEE à la verve aussi puissante qu’une météorite est depuis quelques semaines déjà, au cœur de l’actualité des musiques urbaines au Cameroun. A  quelques jours de la sortie de son premier album solo, notre équipe de rédaction est allée à sa rencontre.
 
Bonjour Ivee, Quelques  mois  seulement   après  la sortie d’un  album  commun  avec  l’artiste  Zasta, tu refais  l’actualité  avec la  sortie  de  ton  premier  album  solo.  Peux-tu nous le présenter brièvement ?
 
Bonjour. L’album  est  un  opus  de  18  titres  intitulé  l’INEVITABLE.   Le  choix  du  titre  se  justifie  par le  fait  que  J’assimile cet album à une bombe qui avait déjà été amorcée au  regard  de  mon parcours (Mixtape  en  2009, Maxi  en  2011)  donc  la  suite logique était cette  bombe qui devait inévitablement exploser. C’était INEVITABLE  (rires).  L’INEVITABLE devait forcement se produire et cet album en est la matérialisation concrète.
 
Quels  sont  les  thèmes  abordés  dans  ce  projet ?
 
J’aborde des  thèmes  divers à l’instar  de  la  situation et  des  attentes de  la jeunesse  camerounaise, de l’amour.   Je  parle  de  la  nécessité pour  les  artistes  de  musiques  urbaines  de donner  leur  avis  sur  les  faits  d’actualités,  j’évoque  les  préjugés  dont  sont  victimes  les  rappeurs et  je  donne  ma  vision  du monde.  Sur un  titre,  je donne également les  raisons  qui   m’ont  poussé  à faire  la  musique.
 
Annoncé  depuis  quelques  mois  déjà  comme un  album  évènement, c’est  un artiste  nouveau  qu’on  découvre  sur ce  projet. Quelle  est la  raison  de  cette  métamorphose ?
 
Je  crois  que  cela  est  du  à  une  certaine  maturité non  seulement  dans  l’écriture  et dans ma  façon d’aborder  certains  thèmes.  Aujourd’hui  je  trouve plus  important de faire des  chansons  qui ont un message  fort et  parlent à un public plus  large.  C’est  ce qui explique une  régression  du côté  freestyle et égotrype qui me caractérisait  dans mes précédents projets.  Il n’en demeure  pas moins  qu’on retrouve  dans cet album des  sons  très  techniques…  C’est inévitable (rires).
 
Courant 2011, trois  clips  extraits  de  cet  album ont  été diffusé  dans  les  médias.  Quelles  ont été  les  impressions  du public ?
 
A ma grande surprise, je dois dire que le public a plutôt bien accueilli ces vidéogrammes. Les différents soutiens qui me sont parvenus suite à ma nomination aux MBOA HIP HOP AWARDS  2011, m’ont également galvanisé. Grâce à cette visibilité déclinant du relais et du succès de ces clips dans les médias, je suis désormais reconnu dans la rue par des fans qui m’apprécient et me motivent à aller de l’avant. C’est grâce à eux que j’ai eu plus de force et d’inspiration pour boucler ce projet et j’espère qu’ils apprécieront le fruit de mon travail.
 
On  note  de nombreuses  collaborations de  haute  facture  dans  cet  album  de même que grosse pointure dans la production de sons. Comment s’est opéré ces choix ?
 
Déjà, j’ai énormément de respect pour tous les artistes et producteurs de sons qui m’ont accompagné dans la réalisation de cet album et j’ai eu envie de bosser avec ceux là que je considère comme les meilleurs. C’est ce qui justifie la présence de producteurs de sons comme Djess Panebo, Shy F’X, Dj Kriss, Dj Str’sS, Dan Exo, Wiser et Pap Swizzy. S’agissant du  choix des artistes, j’ai également travaillé avec ceux là que j’apprécie artistiquement et qui représentent pour moi le passé, le présent et l’avenir  du hip hop camerounais à sa voir : Prosby, Palesto, Duc Z, Kreezry, Sir Nostra, les Hot Boyz, Zasta, DFlay, Mastah Suprem, Dysinc et bien d’autres. J’en profite pour remercier mes grands frères Sultan Oshimihn et Dar X qui m’ont honoré de leur présence sur un titre  de mon album.


Derrière ce gros projet, se cache la structure Ghost Entertainement. Peux-tu nous en parler ?
 
Ghost Entertainement est un label basé en France et dirigé par un jeune camerounais à savoir Daniel Maxime MBASSI, qui a pour objectif de faire la promotion du rap africain en France et dans le monde. Comme projets à son actif, on peut citer la mixtape « Retour aux Sources », la compilation « Origine certifiée » et bien d’autres. L’INEVITABLE est le premier album solo coproduit par ce label et moi. De nombreux autres projets sont en cours avec de nombreux artistes du terroir. Je ne vous en dis pas plus pour le moment (rires).
 
L’album « L’INEVITABLE » sortira officiellement le 3 mars 2012. Qu’est  ce qui est prévue pour cet évènement et où pourra t’on acheter l’album ?
 
Le 2 mars, un showcase inédit et exclusif aura lieu à la radio FM 94 à Yaoundé avec  Alain Dexter, suivi le lendemain par une conférence de presse au Centre Culturel Savanah. Il s’en suivra une série d’émissions radios et télés. L’album sera disponible en téléchargement légal sur toutes les plateformes de ventes en ligne. Les points de vente des supports physiques seront publiés dans les tous prochains jours.
 
Un dernier mot ?
 
Je remercie Kamerhiphop.com et Culturebene.com pour ce travail formidable dans le cadre de la promotion de mon album, mais aussi un merci particulier à tous ceux là qui de près ou de loin m’accompagnent dans ce projet.  Je finirais mon propos par cette citation : « Il faut toujours prévoir l’histoire, ne serait-ce que pour dire après : c’était inévitable » – Alain Pontaut. Extrait de «La Tutelle ».
 

Leave a Response