hello@kamermoov.com
mardi, février 27, 2024
FeaturedOn Djoss

𝐁adou SosthĂšne Banda (Architecte) : « Je fais Ă©normĂ©ment des projets dans plusieurs pays en Afrique et Europe
 »

Il fait partie de l’avenir de l’architecture en Afrique, son cabinet « KEMET Studio » est trĂšs sollicitĂ© (plus de 300 projets rĂ©alisĂ©s en une annĂ©e). Badou SosthĂšne Banda est un Architecte d’origine Tchadienne qui vit en Pologne (Cracovie) et qui rĂ©alise des merveilles en Afrique. Nous l’avons rencontrĂ©, il nous parle de son mĂ©tier si passionnant. Interview Ă  lire


Bonjour 𝐁𝐀𝐃𝐎𝐔 𝐒𝐎𝐒𝐓𝐇𝐄𝐍𝐄 𝐁𝐀𝐍𝐃𝐀, merci de rĂ©pondre aux questions de Culturebene. En quelques mots, pouvez-vous vous prĂ©senter Ă  nos internautes ?

Bonjour, je m’appelle Badou Sosthùne Banda, Architecte d’origine Tchadienne.

Comment ĂȘtes-vous arrivĂ© dans le monde complexe de l’Architecture ?

C’est une longue histoire car je n’ai jamais pensĂ© un jour Ă©tudier l’architecture mĂȘme dans mes rĂȘves les plus absolus. Apres l’obtention de mon BaccalaurĂ©at sĂ©rie D obtenu en 2006, je dĂ©cide d’aller au Nigeria pour faire mes Ă©tudes supĂ©rieures dans la ville de Zaria dans l’Etat de Kaduna. Arriver sur place on commence d’abord par un cours de langue anglaise intensif pendant une annĂ©e acadĂ©mique avant de choisir la filiĂšre de notre choix et pendant cette pĂ©riode je fais la rencontre de quelqu’un (une fille tchadienne dĂ©jĂ  en architecture) et elle m’invite dans son dĂ©partement. Je vous dirai la suite. Rire.

Comment avez-vous ressenti l’appel Ă  faire ce mĂ©tier ? Quels sont les moments marquants de votre formation ?

Je n’ai jamais eu un appel Ă  faire ce mĂ©tier, mais ce mĂ©tier est venu vers moi-mĂȘme sans forcer quoi que ça soit. AprĂšs la rencontre avec la sƓur Tchadienne dĂ©jĂ  Ă©tudiante en architecture. Elle me dit SosthĂšne j’ai assez de travail s’il te plait suis moi dans notre dĂ©partement tu vas m’aider Ă  faire quelques exercices. C’est ainsi elle me guide je lui fais le travail et aprĂšs quelques semaines elle revient me dire SosthĂšne j’ai obtenu une belle moyenne et je pense que tu pourras bien devenir un bon architecte. Je pense qu’il faut laisser l’idĂ©e de vouloir faire la mĂ©decine. C’est ainsi que j’ai dĂ©posĂ© mon dossier en architecture et j’ai Ă©tĂ© retenu et j’ai commencĂ© Ă  l’universitĂ© Ahmadu Bello University Zaria.

Pourquoi avez-vous dĂ©cidĂ© de crĂ©er un cabinet d’architecture ? Pourquoi le Nom Kemet ?

Franchement je n’avais pas pensĂ© ouvrir un cabinet d’architecture aussi vite. Car aprĂšs ma formation au Nigeria je suis venu en Pologne avec une bourse de l’Unesco pour faire les sciences de matĂ©riaux. AprĂšs cela j’ai dĂ©cidĂ© de faire les Ă©tudes d’architecture a la polytechnique de Cracovie. Mais pendant toutes ces annĂ©es passĂ©es en Pologne je travaillais dans le domaine de l’informatique. Mais je faisais toujours des projets pour des particuliers. Et ils avaient un refrain qui Ă©tait le suivant : SosthĂšne tu dois ouvrir un cabinet. Un jour un Monsieur m’a contactĂ© via ma page Facebook Kemet Studio et quand j’avais fini son projet il a tellement insistĂ© que j’ouvre le cabinet. Il m’avait demandĂ© si j’avais le diplĂŽme et tout. Je lui ai dit oui. Il m’appelait presque chaque semaine pour me dire de le faire. J’étais en CDI dans une entreprise d’information. C’est comme ça j’abandonne mon CDI et j’enregistre le cabinet en Pologne dans la ville de Cracovie et les choses ont commencĂ© Ă  avancer d’une maniĂšre exponentielle. Les demandes commençaient Ă  se multiplier tous les jours.

Bon pourquoi j’ai dĂ©cidĂ© d’appeler mon cabinet KEMET STUDIO ? (Rire)

Quand j’étais nouvellement arrivĂ© en Pologne je partais souvent en France et Ă  paris je dĂ©couvre le mouvement afrocentriste les kemites. Et je me rends compte que le nom de l’Afrique Ă©tait plutĂŽt KEMET (nom donnĂ© par les Ă©gyptiens anciens) qui veut dire la terre des noirs. Je me suis dit ça sera trĂšs bien de prendre ça et ajouter studio juste pour montrer derriĂšre ce studio il y aura de l’intelligence noire derriĂšre et c’est ainsi que j’ai dĂ©cidĂ© de nomme le cabinet KEMET STUDIO.

D’oĂč puisez-vous votre source d’inspiration, nous voyons que vous des travaux spectaculaires quand nous allons sur votre page Facebook


(Rire), parfois moi-mĂȘme je suis un peu Ă©tonnĂ© par les volumes que j’arrive Ă  sortir. Souvent quand un client me contacte pour son projet je vois directement le bĂątiment dans ma tĂȘte. On dirait le bĂątiment est dĂ©jĂ  construit quelque part et je dois juste aller dans le monde virtuel pour le chercher. Parfois c’est pendant mon sommeil. Quand je dors je rĂ©flĂ©chis toujours en terme de volume. Ma derniĂšre source d’inspiration est le voyage car je voyage beaucoup. En plus je vois les volumes partout mĂȘme quand je me promĂšne.

Parles-nous un peu de ta Relation avec les clients. Comment choisis-tu tes collaborateurs ? Et comment tes clients te contactent ? Et comment les clients arrivent Ă  te faire confiance car il faut au moins une confiance avant de travailler avec un Architect.

Je suis moi-mĂȘme vraiment choquĂ© quand je vois comment les choses Ă©voluent. Les clients avec qui je travaille je ne les connais pas ni en personne interposĂ©e. Il me contacte souvent via ma page professionnelle KEMET STUDIO, soit par LinkedIn, Instagram et parfois via YouTube mĂȘme. Souvent ce sont des messages prĂ©cis, Monsieur Badou j’ai vu les maquettes que vous publiez souvent j’aimerai construire une maison, hĂŽtel, appartements
 J’ai bien envie d’entrer en contact avec vous pour plus d’information et c’est ainsi que ça commence jusqu’à ce qu’on commence Ă  travailler ensemble. On se met d’accord sur les modalitĂ©s et je les envoie le contrat ils signent et on commence le travail. Et ces clients me font vraiment confiance et m’envoient des sommes importantes vu que le cabinet n’a pas encore une reprĂ©sentation physique en Afrique.  Nous faisons des rĂ©unions Ă  distance via zoom, Google-meet etc


Comment travaillez-vous avec les normes de construction et les réglementations locales ? Car nous voyons que vous faites énormément des projets dans plusieurs pays Africains. Quelles sont les informations clés que vous devez avoir avant de commencer tous ces projets ?

Je fais effectivement Ă©normĂ©ment des projets dans plusieurs pays en Afrique : toute l’Afrique centrale, toute l’Afrique de l’Ouest et quelques pays en Afrique Australe, en Europe. Juste l’annĂ©e passĂ©e le cabinet Ă©tait Ă  plus de 300 projets en une annĂ©e. Ce qui est Ă©norme pour un dĂ©but. Les informations que j’ai besoin pour commencer un projet sont simples. Avant de commencer les projets dans chaque pays je me renseigne sur les normes d’urbanisme car chaque pays a ses normes et ses rĂ©glementations.  Avec toutes ces informations obtenues, je commence Ă  dĂ©velopper les esquisses qui m’aideront Ă  savoir : comment positionner la maison par rapport au voisinage ? Quelle distance laisser entre le bĂątiment et la route principale ?… AprĂšs la conception du plan architectural en Phase APD (Avant-projet dĂ©taillĂ©.). Je mets le client en contact avec un architecte local pour la signature du dossier afin de lui faciliter l’obtention du permis de construire.

Pouvez-vous nous donner un exemple de projet sur lequel vous avez travaillĂ© et dont vous ĂȘtes particuliĂšrement fier ? Quels sont les difficultĂ©s rencontrĂ©es dans l’exercice de votre profession ? Comment les surmontez-vous ?

J’aime tous les projets sur lesquels j’ai travaillĂ© car chaque projet selon moi est particulier. Mais j’aime deux projets sur lesquels j’ai bossĂ©. Une villa somptueuse au SĂ©nĂ©gal et un hĂŽtel dans la ville de Jacqueville en CĂŽte d’ivoire. Ces deux projets font face Ă  la mer et concevoir les projets comme ça me donne assez d’inspiration. Le TroisiĂšme projet sur lequel j’ai bosse et que je suis encore trĂšs fier sont un immeuble au Gabon et un autre hĂŽtel au Tchad dans la ville de Sarh.

Bon comme dans tout corps de mĂ©tier je rencontre des multiples problĂšmes. Il peut m’arriver de me rĂ©veiller et de ne pas avoir d’inspiration, je suis tout le temps occupĂ© au tĂ©lĂ©phone soit dans les rĂ©unions, parfois j’ai pas trop le temps de me reposer car je dois contrĂŽler ce que les employĂ©s font. Je dois tout coordonner et me rassurer que les taches sont accomplies Ă  temps. Parfois il faut passer des heures pour expliquer les choses aux clients et bien d’autres choses.

Pour les surmonter parfois je prends ma guitare et je compose des mĂ©lodies, soit je dĂ©cide de faire du shopping ou encore voyager. J’aime beaucoup voyager, rire et c’est une thĂ©rapie aussi pour moi. Ça me permet de m’évader un peu.

 

Nous voyons que vous ĂȘtes trĂšs actif sur les rĂ©seaux sociaux. Vous ĂȘtes bien suivi sur Facebook, LinkedIn et Instagram beaucoup des jeunes Architectes vous prennent pour modĂšle. Quel impact l’utilisation des rĂ©seaux sociaux a eu sur votre cabinet ?

Je pense que les rĂ©seaux sociaux peuvent changer la vie de quelqu’un comme le dĂ©truire aussi. Les rĂ©seaux sociaux ont carrĂ©ment changĂ© ma vie dans tous les domaines. Mes travaux sont apprĂ©ciĂ©s partout mĂȘme en AmĂ©rique latine, en Asie les Ă©tudiants m’envoient des messages pour me fĂ©liciter en m’encourager. Ils me disent souvent que je suis douĂ© dans ce que je fais. Et souvent Ă  travers ma page j’essaie de donner les conseils aux plus petits de travailler, de rester humbles et de croire. Car j’ai beaucoup connu la souffrance et beaucoup d’injustice. J’ai eu une enfance trĂšs difficile : la maladie, les problĂšmes financiers. Souvent j’ai l’habitude de dire j’ai fait ma filiĂšre d’architecture sans un ordinateur portable. Je n’avais pas les moyens aussi de me l’offrir ce qui a beaucoup affecter mes notes Ă  la fac. Les jeunes africains sont en quĂȘte des modĂšles et je pense qu’on peut bien ĂȘtre un modĂšle pour ces jeunes. Avec l’avĂšnement des influenceurs on doit utiliser les rĂ©seaux sociaux pour Ă©duquer et non pour abrutir. Avec les rĂ©seaux sociaux j’ai Ă©normĂ©ment changĂ© ma situation financiĂšre et j’ai eu la chance de rencontrer des grandes personnalitĂ©s et faire des rencontres vraiment bien et augmenter mon carnet d’adresse.

SosthĂšne, l’homme, famille en environnement

C’est vrai que je suis un jeune ambitieux mais je pense que la famille passe avant mes ambitions. Je suis plutĂŽt famille d’abord mĂȘme si mes ambitions sont et restent grandes pour le futur.

Quels sont vos rapports avec vos confrĂšres Architectes Tchadiens ? ĂȘtes-vous inscrit dans l’ordre National des architectes du Tchad (ONAT)

Nous avons des rapports cordiaux. Nous essayons de faire avancer les choses ensemble pour que le mĂ©tier soit ancrĂ© dans la tĂȘte de la population. Tout va bien.

Quels sont les projets sur lesquels vous ĂȘtes en train de travailler actuellement ?

Actuellement nous travaillons sur plusieurs projets. Nous sommes dĂ©sormais 7 dans le cabinet et le nombre doit augmenter Ă  20 d’ici peu de temps. Nous travaillons sur des logements de type appartements, des restaurant, nous travaillons sur les maisons d’habitation, nous travaillons aussi sur des hĂŽtels et des grands projets immobiliers. Nous avons un lycĂ©e et un orphelinat cette annĂ©e.

Aujourd’hui nous Ă©coutons souvent parler d’usage des matĂ©riaux locaux qui sont une alternative pour crĂ©er une architecture durable. Comment intĂ©grez-vous les prĂ©occupations environnementales dans vos projets ?

En Afrique on parle de ce problÚme juste parce que nous ne sommes pas un pays industrialisé. On doit travailler les matériaux locaux et améliorer leurs conditions pour une durabilité dans les projets.

Nous avons dĂ©jà l’architecte Francis KĂ©rĂ© (premier Architecte Noir Ă  obtenir le prix Nobel de l’Architecture) avec ces projets expĂ©rimentaux. Il nous faut des laboratoires qui nous aideront Ă  comprendre la composante de ces matĂ©riaux. Comment les amĂ©liorer ? comment les adapter ? etc


Quels sont les autres Architectes au monde que vous admirez, Avez-vous un modÚle dans le métier ?

J’ai une admiration pour plusieurs Architectes au monde. Nous avons : Imhotep (GĂ©nie de l’Egypte antique), frank lloyd, Le Corbusier, Kenzo Tangue. Mais j’ai encore l’admiration pour ces trois architectes : Koffi et Diabaté (CĂŽte d’ivoire): ils nous dĂ©montrent la force de la collaboration. Que les Africains peuvent se rĂ©unir et travailler ensemble et bĂątir des structures puissantes. Pierre Goudiaby Atepa (SĂ©nĂ©gal) : pour son sens d’affaire. C’est un Architecte brillant et qui a un grand sens dans le monde des affaires.

David Adjaye (Ghana) : J’ai une grande admiration pour lui et je pense un jour le rencontrer. Il est un symbole d’une diaspora qui ose.

Francis KĂ©rĂ© (Burkina) :  un symbole de la persĂ©vĂ©rance, son histoire te fait savoir que tout rĂȘve est permis tant que nous sommes encore en vie. Il a commencĂ© les Ă©tudes d’architecture tard malgrĂ© les difficultĂ©s rencontrĂ©es il est devenu un architecte de renom et le tout premier Ă  avoir le prix Nobel de l’architecture. Il vient d’un background pauvre comme moi et je m’identifie beaucoup Ă  lui depuis plus de 7 ans avant mĂȘme qu’il ne devienne aussi cĂ©lĂšbre.

Que pensez-vous de l’architecture Africaine ? Les dĂ©fis de l’architecture Africaine et comment les relever ?

Je pense que nous les africains devront valoriser nos symboles africains et les insĂ©rer dans nos conceptions. Il y a un travail de fond Ă  faire. Nos gouvernements doivent aussi faire confiance Ă  nos architectes. Nos cultures doivent retentir dans nos conceptions. C’est ce que je vais commencer Ă  faire dans les annĂ©es Ă  venir sur mes projets.

Je partage cet avis que je trouve pertinent tiré de la page : https://medium.com/@africatech/larchitecture-africaine-et-les-d%C3%A9fis-qu-elles-doit-se-poser-74e4bffe5724

Ces propos ne sont pas les miens :

On le sait que trop. Les villes africaines ont un vrai problĂšme avec leurs identitĂ©s architecturales. Et, au final, on ne peut pas leur en vouloir. Avec la colonisation, c’est toute l’architecture de l’Afrique qui a Ă©tĂ© effacĂ©e et “dĂ©figurĂ©e”. C’est difficile de retrouver son identitĂ© culturelle/ architecturale aprĂšs avoir subi l’imposition architecturale d’un empire colonial.

On te sape ton identitĂ©. On nie ton passĂ© architectural. Pire, on le dĂ©nigre; On te fait dire que ce sont des habitats d’indigĂšnes. Sur tes fondations, on y construit des maisons coloniales. On te fait nier et dĂ©sapprouver ton identitĂ©. On t’acculture doucement. On t’impose un style et un modĂšle qui n’est pas le tien et on te fait oublier d’oĂč tu viens.

Oui, c’est ça, en terme franc et rĂ©sumĂ© (peut-ĂȘtre trop?) la rĂ©sultante culturelle de la colonisation: Oublier, nier, voire mĂ©priser ton identitĂ©. Et, cela passe par l’architecture.

À partir de lĂ , comment veux-tu que l’architecture africaine soit affirmĂ©e? Celle-ci Ă  Ă©tĂ© beaucoup trop longtemps bafouĂ©e pour qu’elles puisse retrouver ses lettres de noblesse.

D’ailleurs, en parlant de villes africaines comme d’un tout, on ferait presque une erreur capitale(!). L’Afrique est un bien trop grand continent pour assimiler toutes les villes dans un seul et mĂȘme ensemble. Cela dit, pour faciliter l’écriture de cet humble article, on parlera des villes africaines comme un tout hĂ©gĂ©monique dans sa crise d’identitĂ© au niveau architectural.

Pensez-vous vous rapprocher de l’Afrique ?

Bien sĂ»r, l’Afrique est le futur mĂȘme. J’ai dĂ©jĂ  fait tous les papiers administratifs du cabinet au Tchad, je cherche aussi Ă  m’installer en CĂŽte d’ivoire pour piloter les projets de la sous-rĂ©gion (Afrique de l’ouest.)

Comment continuez-vous Ă  vous perfectionner dans votre domaine ?

Je continue d’apprendre, je continue de cĂŽtoyer les ainĂ©s expĂ©rimentĂ©s, je continue de me former. Je pense que c’est le seul moyen de garder le niveau et de rester toujours humble car je continue toujours d’apprendre.

Un mot de fin pour les jeunes africains qui aimeront suivre vos pas ?

Rester humble, travailler, accepter le processus. Rien n’est facile mais tout est possible si on s’impose la discipline. Etre honnĂȘte, sincĂšre et respectueux. Aimer ce que l’on fait et compter sur Dieu pour le reste.

Retrouvez 𝐁𝐀𝐃𝐎𝐔 𝐒𝐎𝐒𝐓𝐇𝐄𝐍𝐄 𝐁𝐀𝐍𝐃𝐀  sur:

LinkedIn: https://www.linkedin.com/company/kemet-studio-architecture

Instagram:  https://www.instagram.com/kemetstudio1/

Youtube:  https://www.youtube.com/channel/UCazTAM1dvGCv2sf69-W750Q

Facebook:  https://web.facebook.com/kemetstudio1

 

Leave a Response