hello@kamermoov.com
lundi, février 26, 2024
News

O’gusta Dame de cœur : Une humaniste au service de Dieu

lle a organisé un diner d’action de grâce le 18 mars 2023 au siège de la fondation qui porte son nom pour bénir Dieu.

C’est au lieu-dit Lido Mvog Ada que l’artiste gospel et révérant, Nkolo Anne Solange, plus connue sous le pseudonyme O’gusta Dame de Cœur a reçu ses invités.  A travers des chants de louanges et d’adoration, elle a su entretenir ses convives. Malgré la pluie qui a perturbé ce bon moment de communion ; elle a tout de même passé le message qui la tenait à cœur. « Je remercie votre présence à la fondation O’gusta. Je vous ai invité pour exprimer ma reconnaissance à notre créateur. Je suis devenue veuve à l’âge de 32 ans j’ai dû mener des combats très rudes.  J’ai dû fuir le Cameroun.  C’est pour cela que je vis en France aujourd’hui.  Mon feu mari m’a laissé avec trois enfants à bas âges.  Aujourd’hui je vois les bontés de Dieu dans ma vie.  Aujourd’hui on se retrouve au lieu-dit Lido Mvog-Ada où se trouve la fondation O’GUSTA. Une fondation qui s’occupe des démunis. Si j’ai décidé de faire dans l’humanitaire aujourd’hui c’est par rapport au bien fait de Dieu dans ma vie. Ne pouvant rien donner au créateur en retour j’ai décidé de le servir. Je défends plus la cause des orphelins, des veuves et des démunis ».

A travers la fondation O’gusta qui existe depuis près de 25 ans et de manière officielle depuis 2010. Elle agit dans le domaine d’organisation de spectacle humanitaire dans le monde et des donations.   La fondation O’gusta se rend également au chevet des malades dans le monde et dans les prisons.  Ici le programme et l’organigramme de la fondation se fait selon ce que Dieu met dans le cœur des dirigeants et selon la direction de Dieu. Toutefois, deux fois par an des concerts humanitaires sont organisées dans le monde.  O’gusta Dame de cœur est ouvert, elle sollicite les âmes de bonnes volontés pour qu’ensemble ils puissent mettre sur pied des projets pour sortir le Cameroun qui sombre de plus en plus.

« Sur le plan artistique je suis en studio en ce moment pour enregistrer un album de 6 titres dont le titre phare est « Seul », je souhait commencé des tournées au Cameroun.  C’est un projet qui parle de ma relation avec Dieu. Et à travers ce projet également ; je fais appel à tous les camerounais à s’unir car Dieu est réel et l’enfer existe. Tout ce que nous faisons ici bas est éphémère » soutient O’gusta Dame de Cœur avant de lancer son cri de cœur.  « Je vais aborder un sujet délicat.  Je suis humaniste et apolitique.  Je parle ici en tant qu’une maman.  Il s’agit de l’affaire Matinez Zogo.  Martinez était un frère et ses images m’ont traumatisée.  Je veux juste apporter un message qui peut sauver la jeunesse. On ne joue pas avec le Diable. N’excitez pas le diable même si vous avez raison. Si vous prenez le temps de lire la bible, vous auriez plus de sagesse.  Lorsqu’on est face à un assassin, il y a des mots qu’il faut employer pour l’amener à la raison. Les assassins sont des malades, ils ont besoin de la bonne parole.  Grace à notre douceur et de la manière de leur parler, nous pouvons changer leur vie.  Et quand je parle des assassins je parle du diable. Satan aime les défis.  Notre frère est parti comme çà il nous a laissé trop de douleur, et que justice soit faite ».

En ce qui concerne la particularité de la fondation, Njassab David, Encadreur spirituel de la fondation déclare : « Je m’occupe plus du côté spirituel de la fondation.  Ce qui fait la différence entre la fondation O’gusta et les autres c’est que nous travaillons avec la crainte de Dieu. Je m’explique : Jésus Disait je vous aime, je vous laisse mon amour pas comme le monde le donne.  L’amour pour Dieu se résume a aimé son prochain comme toi-même.  C’est cet amour de Dieu qui peut te permettre à aimer l’indigent, l’orphelin, le prisonnier, la veuve comme toi-même.  Car Dieu ne fait accession de personne.  On ne peut pas donner un programme d’action de la fondation, parce que nous réagissons au fur et à mesure que l’urgence se présente ».

Sara Eliane Nématchoua

Leave a Response