hello@kamermoov.com
dimanche, février 5, 2023
News

X-maleya : Exil : Espoir d’un retour au pays natal

Le trio Roger Samnick (Roger), Auguste Rim et Haïssam (Haïs) ont quitté momentanément les podiums des scènes pour enrichir les bacs discographiques camerounais. Ils nous invitent à les suivrent dans un asile musical où cohabitent « pacifiquement » mélodies, textes, danse et instruments. Exil,  est le premier bébé de ce crew de R&B.


Lorsque Feu Eboa Lotin disait « Aujourd’hui, les jeunes utilisent leurs notes de guitare pour parler d’élévations fessières et ça, c’est gravissime, c’est de la tempête… » dans l’émission « Portrait » présentée par Feu Roger Mouendou de la Cameroon Radio Television (CRTV) en 1994, rediffusée le 23 juin 2006 sur la même chaîne, il avait peut-être tort. En cela que, ces trois exilés font une exception. D’ailleurs, pour lui rendre hommage et lui prouver les limites de ses pensées, le groupe X-Maleya a repris le titre à succès « Matumba » en lui apportant une couleur hip hop. Un succès qui succède à l’autre.


Trois garçons qui, visiblement sur la pochette cartonnée de l’album, laissent entrevoir un léger sourire mais avec un regard lointain qui semble chercher ses repères. L’asile. La bonne. Pourtant, les musiques qui s’y trouvent ne semblent pas maigres, puisqu’elle réussi à porter des fonds de texte gras : « Mélodie d’espoir », un cri d’espoir et d’amour pour les enfants qui se meurent sous le froid, parce que sans logis… Mélodies suaves « Hola Mè » (track 3) ou l’appel de Dieu en aide aux enfants…, berçantes « Olé Olé » (track 1)…, « Bisaï » (track 4) ou l’écoute du père et de la mère… et aussi bien envolées comme « Bouge », ou « Amundja »… qui véhiculent des messages aussi bien en langues locales (Douala et Bassa), qu’en langues officielles (Anglais et français). Le chant est leur force et la danse, leur puissance.


Exil c’est neuf titres et un Outro, sorti du studio Sound’Art pour le compte de la maison de production Alizés de Ruben Binam (pianiste du groupe Macase), qui fait de sa première expérience, une réussite. C’est un produit fini qu’il nous sert. Pochette cartonnée, comme on n’en voit pas beaucoup ici (La compile «Kamer connection» et l’album de XLM4 REAL « Magic »… faisant exception). Infographie simpliste mais parlante. Avec le Blanc, le groupe se console, fait parler son élégance, dénonce sa naïveté, mais affiche son innocence et sa joie. Avec le Bleu, X-Maleya use de sa sagesse pour donner la vérité dans un esprit détendu. C’est un amour qu’ils nourrissent envers nous. Et avec le Marron, le trio sait aussi rester neutre.


Côtés invités, les mecs n’ont pas hésité à se faire entourer des grands noms de la musique camerounaise  comme Ruben Binam au piano et la production, Alain Oyono au Saxophone, Dar-x au rap, Roger Minka (Dubois) à la guitare acoustique et aux synthé additionnels, Serges Maboma à la guitare bass,  Roddy Ekoa… il aurait fallu vraiment quatre ans à ce trio qui apprécient Richard Bona ou encore Manuel Wandji, pour produire un opus de qualité comme la galette Exil. Tous pour X-Maleya !

Leave a Response