hello@kamermoov.com
vendredi, décembre 9, 2022
On Djoss

Thierry Kamdem : Venez vivre 10 jours intenses de hip hop à Eldorado Nkomo..

Après la première édition de Street Hip Hop concept en Août 2006 à Yaoundé Cameroun qui regroupa plus de 20 labels, studios d’enregistrement hip hop et plus de 16 artistes indépendants, de Yaoundé, Douala, Mbalmayo…La deuxième édition se tiendra au complexe Eldorado Nkomo à Yaoundé du 17 au 26 Août 2007. une exposition vente avec des stands en forme de chapiteaux pour labels, particulier indépendants, permettant la présentation de leur savoir faire ; produits (CD, cassettes, vinyl, T Shirts…) ou de services.


Thierry Kamdem, le directeur du festival nous explique le concept.


kamerhiphop.com : D’où te vient l’idée du festival ?
Thierry Kamdem : L’idée me vient du fait que la plus part des scènes étaient incomplète au bled et j’ai proposé à un ami (DJ Djasbi) d’organiser un truc complet et  on l’a fait. Dans des mouvements antérieur aux quels j’assistais, il n’y avait que du semi life. Nous nous sommes dit pourquoi pas faire un festival qui pouvait réunir tous les adeptes du mouvement et  c’est comme cela que nous avons pensé au Street Hip Hop Concept. Nous avons associé nos deux labels : le mien (On 2 Mix) et celui de Djasbi (Klan Kagool).


C’est quoi le Street hip hop concept ?
C’est un festival de hip hop et de culture urbaine qui regroupe tous les aspects du hip hop : Dance, Djing, MC’S et bien d’autres. c’est un hip hop de rue made in Cameroun.


En quelques mots peux tu me parler de ce festival ?
Comme je l’ai dit tantôt, le festival a été lancé depuis l’année dernière. Pour cette deuxième édition, il y’aura nos traditionnels spectacles de rap, rnb, break dance, la new battle (le clash 1 contre 1). Il y’aura la présentation des produits des exposants, un forum de 2 jours est prévu donc les thèmes à débattre sont la propriété intellectuelle et la lutte contre la piraterie. Comme innovation nous avons chaque soir pendant tout le festival, la boite qui sera ouverte à tous. Il y’aura le défilé de mode, les gens pourront aussi manger et boire. Il n’y aura également le Street Hip Hop Concept Awards, les meilleurs artistes et promoteurs culturels seront récompensés. Les animateurs radios et télé voteront et feront voter leur auditeurs et téléspectateurs.


C’est la deuxième édition, alors quel bilan fais tu pour la première édition ?
Malgré le manque de matos pro, nous avions tenu le pari. La première édition avait moins d’attraction étant donné que nous étions encore des bleus dans ce style d’événement. La deuxième édition est là pour corriger les manquements de la première édition. Sinon tous les artistes invités avaient répondu présent. J’avais l’impression que les gars ne croyaient pas au projet. Nous attendions 20.000 visiteurs et nous avions reçu plus de 10.000.


A moins quelques jours, peux tu me confirmer si tout est prêt ?
Wesh je crois que tout est prêt. Avec les partenaires c’est bouclé à 80%. Le nettoyage est du site est entrain de se faire. Même comme tout est propre : les locaux, la boite, la piscine…


Vous dites je cite : « le street hip hop concept est le premier festival hip hop kamer ». qu’est ce que cela veut dire ?
Il faut noter qu’avant le street hip hop, on ne parlait que des shows et des spectacles. Nous sommes arrivé avec d’autres attractions en plus du show. (avec 3 jours intenses de shows l’année dernière et cette année, c’est 9 jours). Nous voulons donner aux artistes qui ont déjà sorti des albums, la possibilité de vendre. Je pense qu’il ne suffit pas seulement de rapper mais il est également important de rentabiliser.


Le mois dernier du 12 au 17 juin s’est tenu à Yaoundé le festival couleurs urbaines. Un commentaire ?
J’ai effectivement participer au festival. Je tire un coup de chapeau à Hans pour l’initiative et la sélection artistique. Mais mon plus grand regret est que le public ne soit pas venu très nombreux. On était plus entre homme du hip hop. Les prestations étaient très bonne, honnêtement ce n’était pas mal. A mon sens, je crois que c’est le prix (1000frs, ndrl) qui était élevé pour un festival hip hop au bled. Pour notre festival, nous avons fixé l’éntrée à seulement 200f cfa. C’est au niveau du camerounais pauvre.


Peux tu me dévoiler le programme ? quels sont les  artistes qui ont répondu présent ?
Nous avons la confirmation des collectifs tels que Zomloa Familia, (composé de Sumanja, Elokk, Bois d’Ebène et o2la), l’Association Mbitakola, Da Sign (composé de 7th sign, C-minaire, Jay N), les rappeurs tels que 1985, Lemir Vana, One Love, Amina, les groupes de danse tels que : Killer Style, X Thriller P, X ray, Ghetto Star.
Le public découvrira une trentaine d’artistes en herbe car un festival n’est pas là seulement pour des artistes confirmés mais aussi pour les artistes en devenir. Sinon il y’aura pas mal de surprise.


Quels sont les conditions à remplir pour participer à ce festival ?
Nous avons mis à la disposition des hip hoppeurs des stands qui varie de 10.000 frs à 30.000 frs pour des stands à surface nue. Pour des stands couverts intérieur ça varie de 20.000 frs à 50.000 frs.
Les scènes ouvertes réservées aux artistes qui n’ont pas la possibilité d’exposer (c’est gratuit mais c’est un jury qui décidera). Les groupes de danse et artistes qui aimeraient passer en off pourront s’enregistrer online sur ce site. Nous mettrons un formulaire qu’ils pourront remplir online.


Quels sont les objectifs que vous visez à travers ce festival ?
Nous voulons créer une plate forme d’échange culturelle, promotionnelle et commerciale. Nous voulons propulser très loin le hip hop kamer. Nous voulons faire comme des festivals sérieux tels que le Gabao, le Fespam et bien d’autres. nous voulons également participer à l’autonomie de notre hip hop. Je dois souligner que les gens doivent vivre de ce qu’ils produisent.


Un festival nécessite des gros moyens. A combien évalues tu votre festival ? et d’où te vient l’argent ?
Pour la première édition, nos dépenses se chiffrent à 5 millions. Pour cette 2e édition, le budget avoisine les 15 millions. Il y’a encore des promesses, nous attendons.
Je suis un jeune homme d’affaire, la plus part de ces sommes viennent de moi. je le fais par amour pour le hip hop.


Quels sont les problèmes que tu rencontres ?
Je parlerai en premier l’hostilité de certains rappeurs et labels, on ne sait trop pourquoi. Il y’a bien entendu le nerf de la guerre qui est l’argent. Nous rencontrons également le problème de matos, car louer un matos performant nécessite beaucoup de moyen.


T’as un message à l’endroit du public qui viendra vivre le festival ?
Wesh. Qu’ils viennent très nombreux soutenir le hip hop kamer à 1000%. Qu’ils se ramènent tous (jeunes, moins jeunes, vieillards…). Venez faire le max de boucan.


Une adresse ou l’on peut vous joindre pour participer au festival ?
Ils peuvent nous appeler au 77 10 65 20 ou au 96 70 47 08. ils peuvent également nous écrire à cette adresse mail
festivalstreethiphop@yahoo.fr. nous sommes ouverts et nous vous attendons. Contactez nous car c’est votre mouvement. Nous sommes là pour vous.


Ton mot de fin ?
Je demande à tous ceux qui soutiennent le mouvement de soutenir le street hip hop concept. Ça sera une belle fête de hip hop. Ce n’est pas seulement une affaire de On 2 Mix. Que tout le monde s’implique.

Leave a Response