hello@kamermoov.com
dimanche, décembre 4, 2022
On Djoss

Roméo Dika : « Le hip hop bénéficiera de mon soutient total »

Solidarité, amour de son prochain et respect : les maîtres mots de Mr Roméo Dika, artiste, producteur, manageur, homme politique et candidat au poste de PCA (Président du conseil d’administration) de la CMC organe de gestion des droits d’auteurs au Cameroun. Barré en 2005 par les collaborateurs du Ministre d’état à l’époque en charge de la culture, qui l’ont diabolisé 10 ans durant auprès de ce dernier, il revient cette année en force, convaincu  des ses ambitions pour la musique et convaincu de pouvoir changer quelques choses….
A la question de savoir s’il est élu ce qu’il pourra promettre aux hip hoppeurs ? voici sa réponse : « si DIEU me permet d’être victorieux, le RAP, HIP HOP, REGGAE et toutes les autres tendances jeunes bénéficieront de mon soutien total avec la création d’un fond de soutien à la production des musiques jeunes. ». il pense d’ailleurs que « les Hip hoppeurs devraient se battre pour avoir un représentant dans les organes dirigeants de la CMC. ». Alors à bon entendeur… lisez la suite.


« En 2 ans, il y’a eu plus de 550 000 000FCFA de déficit à la CMC »


kamerhiphop.com : Bonjour Roméo Dika, nous savons que vous êtes un homme à plusieurs casquettes : artiste, producteur, manageur, homme politique, …  alors en quelques mots, pouvez vous me parler de vous ?
Je commencerais par souhaiter mes vœux les meilleurs à vos internautes et ensuite je dirais que,  je suis avant tout d’abord un artiste, les autres casquettes ne sont que des annexes pour l’accomplissement d’un destin fait de sacerdoce, la culture étant le fondement de tout développement communautaire. L’art et la musique ayant été mon choix, je préfère cette casquette.


Au mois d’Avril 2008 aura lieu l’élection au sein de la CMC et il parait que vous êtes candidat ?
Candidat oui, convaincu de mes ambitions pour la musique et convaincu de pouvoir changer un certain nombre de choses.


Qu’est ce qui vous a poussé à prendre cette décision ?
Elle a été prise depuis des années, vous vous souvenez il y a trois ans j’étais candidats, mais, les animosités développées par certains responsables du ministère de la culture ne permettaient pas l’accomplissement de nos ambitions.


Quel bilan faites vous des 3 trois années de gestions de l’équipe à Sam Mbendé (actuel PCA de la CMC, ndrl)?
Par honnêteté, il ne m’appartient pas de faire le bilan d’un gestionnaire, mais il me souvient que courant mars 2007, ce dernier a fait tenir une assemblée général au cours de laquelle, il a présenté un rapport de son action à la tête de la CMC, ce rapport faisait ressortir pour l’année 2005, un déficit d’environ 363 000 000 de francs CFA, pour l’année 2006, un déficit d’environ 194 000 000 Fcfa, obligeant l’assemblée général à refuser l’approbation du Budget 2007, vous constaté avec moi, que avec un déficit en cours de mandat de plus de 550 000 000 FCFA, il eut été plus logique pour le conseil de faire moins de bruit.


Que reprochez vous à cette équipe ?
L’incapacité à redresser les difficultés, cela avait été prévisible. En 2005, je disais quel que soit l’intelligence d’un individu, s’il se laisse entourer de moutons de panurge, sa mission est voué à l’échec, le résultat de mes prévisions est là.


En 2005, vous étiez candidat au même poste, malheureusement vous aviez perdu. Pouvez vous nous dire ce qui s’était réellement passé ?
Les collaborateurs du Ministre d’état à l’époque en charge de la culture, m’ont diabolisé 10 ans durant auprès de ce dernier, car ils savaient que je ne permettrais pas des concussion ou compromissions avec eux. soucieux du devenir de leur volonté de prévarication sur les déniés culturels, ils ont obligé ce dernier à soutenir ouvertement l’équipe actuelle avec laquelle, ils avaient liquidé l’ex SOCINADA dans le mensonge, aussi, m’ont-ils obligé à la démission, après plusieurs subterfuges impliquant le MINETAT. Cela participe du passé, une nouvelle équipe est au ministère.


Pouvez vous nous dévoiler votre programme ?
Bien d’excuses aux internautes, je le ferai le moment venu.


« Le rap doit trouver son chemin, il faut avoir la conviction et ne pas céder la place au découragement »


Un haut cadre la CMC avait déclaré je cite : « le rap est une musique des vacanciers ». Quel commentaire faites vous de cette déclaration ?
Cela est malheureux et irresponsable car la jeunesse est le fondement du développement d’un pays.


Les hip hoppeurs se sentent marginaliser au sein de la CMC. Si vous êtes élus, qu’allez vous faire pour eux ? en d’autres termes qu’est ce que vous leur promettez ?
Il est important et stratégique de soutenir son action. En tout cas le RAP, si DIEU me permet d’être victorieux, le RAP, HIP HOP, REGGAE et toutes les autres tendances jeunes bénéficieront de mon soutien total avec la création d’un fond de soutien à la production des musiques jeunes. D’ailleurs vous devez vous battre pour avoir un représentant dans les organes dirigeants. J’espère être totalement en phase avec vous.


Alors un message à l’endroit de ces jeunes rappeurs qui certainement vont vous lire.
Le temps des accomplissements doit s’accomplir, avec courage, dans un esprit de sacerdoce, le RAP de même que les autres musiques jeunes doivent trouver leur chemin. c’est par la force des conviction, dans l’organisation et la détermination qu’ils trouveront les clés du bonheur dans l’éclosion, il ne faut pas céder la place au découragement, des ténèbres vient la lumière.


Croyez vous en votre victoire ?
D’abord en mes compétences, au respect du à la dignité humaine, oui je crois en la victoire sinon, je ne serai pas candidat, convaincu que les ayants- droit, sauront faire le choix général de la prospérité et du courage.


Pouvez vous nous dire les problèmes aux quels vous allez vous attaquer en premier ? bref les 100 premiers jours de Mr Roméo Dika à la tête de la CMC…
D’abord la promotion de la solidarité et de l’amour de son prochain, la promotion du respect et de la confiance sans lesquels,  rien ne se construit. Ensuite la responsabilisation des uns et des autres. le président du conseil se gardant d’être l’alpha et l’omega, l’élargissement de l’assiette des recettes par un dialogue respectueux des uns et des autres partenaires, la lutte stratégique contre la piraterie( sur ce volet, j’ai deux clés qui seront pendant la campagne développées),, la relance et la transformation de l’industrie musicale. l’exploitation et l’utilisation de la musique comme un instrument d’action politique du développement de la musique et des musiciens, la promotion du spectacle vivant etc….


Depuis votre album intitulé « le Mari de ma femme », on ne vous sent plus. Artistiquement, qu’est ce que vous devenez ?
Je viens de publier un nouvel album avec pour titre la LUTTA CONTINUA, avec des chansons comme LES VOLEURS DE LA REPUBLIK, VANITE DES VANITES, JOURNALISME POUBELLE etc…/ j’ai aussi produit le nouvel album de CLAUDIA DIKOSSO qui s’intitule MATURITE.


Le Makossa qui a « régné sans partage en Afrique dans les années 80 » a perdu du terrain… à quoi cela est du ?
Manque de travail et d’ambition, à l’inadaptation des chanteurs aux évolutions et à l’actualité, les textes sont restés plats, et aucunes révolution ne gronde en elles.


« Les rappeurs sont le fondement de la musique populaire de prise de conscience de demain, donc ne vous marginalisez pas »


Salif Keita a chanté avec le groupe de rap français L’Skadrille, Sally Nyolo a posé dans le son du rappeur Gabonais Lord Ekomy Ndong, Manu Dibango a collaboré avec Passi et tout récemeent krotal dans des morceaux, Bernard Tapis a rappé avec Dog Gyneco… est ce qu’on pourra voir Roméo Dicka un jour en featuring avec des rappeurs du bled ?
Bien sur, dans le nouvel opus je voulais un featuring avec DJ BILIK qui est l’un de mes poulains, mais le gars s’était aventuré en GUINEE EQUATO apprendre l’espagnol.


Quels sont tes rappeurs Camerounais préférés ?
PABLO MASTER, DJ BILIK, KROTAL, BIG BZ, KOPPO
, il y a une nana, god son nom m’échappe, et bien d’autres, AK SAN GRAV, MENELIK, etc, j’aime la révolution qui gronde dans le RAP, au départ de ma carrière en fait j’étais REGGAEMAN.


Ton dernier mot ?
Que les RAPPEURS ne se marginalisent pas, ils sont le fondement de la musique populaire de prise de conscience de demain. Ensemble, nous construirons ce qui doit l’être. En moi ils trouveront selon nos moyens l’appui de demain, qu’ils n’oublient jamais que je suis propriétaire de l’une des plus importante SONO dans le pays et d’un studio d’enregistrement, nous pouvons dans le concret faire des choses.


Y’a-t-il une question qu’on ne vous a pas posé et donc vous auriez aimé en parler ?
Je crois en DIEU, elles seront le moment venu posées.


Questions Bonus


Comment vois tu le parcours des lions à la CAN 2008 ?
J’ose espérer qu’elle soit un moment de grande communion pour la jeunesse et que le Cameroun avec ETO’O Fils a des chances de l’emporter.


Le chef de l’Etat a annoncé le 31 Décembre 2007 son intention de faire modifier la constitution pour se représenter en 2011. en tant qu’homme politique, quel commentaire fais tu de ce discours ?
Il a dit avoir entendu les échos de la volonté des camerounais à voir modifier la constitution, qu’il n y trouve aucun inconvénient, cela rencontre mon adhésion car la lecture de cette constitution laisse transparaître beaucoup d’incompatibilités avec l’actualité, aussi, je marque mon adhésion à la modification dans l’attente de la lecture et de l’examen du projet éventuel de constitution, espérant que les RAPPEURS autant que les artistes en général, sauront se faire entendre dans ce débat important qui nous interpelle. Bonne et heureuse année 2008 au RAP, HIP HOP etc…

Leave a Response