hello@kamermoov.com
dimanche, février 5, 2023
On Djoss

Berthe Kwedy : « Red Zone, c’est ma famille… »

Représentante du label Eben Entertainment il y’a quelques années, Berthe Kwedy est depuis un an manager du label Red Zone. De son retour du festival hip hop kankpé, nous l’avons rencontré, elle nous parle des expériences qu’elle a vécues avec Eben, Sidney, Oshimihn


Kamerhiphop.com : bonjour Berthe, tu viens de rentrer du festival hip hop kankpé au Bénin où tu as représenté le label Red Zone, label dont tu es MANAGER, alors qu’est ce que ce festival t’a apporté sur le plan individuel ?
Je suis partie au Benin avec des armes fortes mais leur puissance dépendait de la façon dont j’allais les utiliser et je suis plutôt fière de moi. De mon périple au Benin j’ai ramené de nouveaux contacts professionnels,  découvert un environnement de travail dans lequel j’ai pu me prouver à moi-même que je pouvais m’intégrer et dans lequel je pense avoir la foi pour réussir.
Ma plus grande victoire là bas a été d’arriver à vendre RED ZONE et d’entendre aujourd’hui ce que les béninois disent de ce label, car aujourd’hui lorsqu’ils en parlent, ils disent : « RED ZONE, c’est un label fort, fort par la qualité de ses artistes, fort par la qualité de ces productions vidéos et fort par son manager. »  He oui c’est cette équipe jeune forte et dynamique que je suis allée représentée et j’en suis revenue encore plus forte et plus confiante que par le passé.


Il y’a de cela quelques années tu bossais pour le label Gabonais Eben Entertainment, peux tu me parler de l’aventure ? Comment tu as été approché ?
EBEN fut une belle aventure, ma première aventure en tant que Manageur artistique, Monsieur BENQUET a été le premier à me faire confiance dans la gestion de ces artistes sur le Cameroun. Ceci s’est fait à la suite d’une de mes demandes d’interview envoyée via leur site officiel (lorsque je bossais comme animatrice radio sur la première station privée de kribi BEACH FM, j’y ai officié pendant 4 années) et de fil à aiguille, après un test de niveau passé (que j’ai passé sans savoir !!!!!!Il est pire que la CIA Monsieur BENQUET), il m’a fais la proposition de gérer le groupe au Cameroun, d’imposer le groupe dans les esprits et les mentalités des camerounais, bref créer le tsunami EBEN (comme il le disait lui-même) et j’ai réussi, j’en suis fière aujourd’hui. Ce fut une belle aventure  de deux ans parsemée d’embûches, grâce auxquelles j’ai beaucoup appris, aventure  grâce à laquelle beaucoup m’ont découvert.


Apparemment  la belle aventure s’est achevée, honnêtement qu’est ce qui s’est passé ?
Faudrait arrêter d’écouter les bruits au quartier, ma collaboration avec EBEN prend fin en février 2009 après mon retour du BENIN. RED ZONE et EBEN sont des amants possessifs, tous les deux hyper exigeants aussi, EBEN a déjà écris son histoire et je n’y participais pas vraiment comme je le voulais et comme le disait monsieur BENQUET «  le Cameroun n’était qu’une escale pas plus » , le souci d’EBEN aujourd’hui c’est  plus l’Europe et les Etats Unis qu’autre chose mais moi ce que je voulais c’est être dans une aventure musicale où je participe à la construction de la chose et c’est le cas avec RED ZONE aujourd’hui. Oui ce que je veux : C’EST FAIRE PARTIR DE CEUX QUI ECRIVENT L’HISTOIRE ET NON PLUS DE CEUX QUI LA VIVENT. Et, c’est cette opportunité que RED ZONE m’offre aujourd’hui plus que jamais. EBEN se sont des aînés pour qui j’ai du respect, de l’admiration par rapport à leurs ambitions et ils savent que je suis toujours disponible pour leur rendre service.


Que réponds tu à ceux qui disent que EBEN c’est trop grand pour la petite Berthe ?
Rien n’est trop grand pour celui qui ose. Où étaient ces beaux parleurs et charlatans qui sont assez grands pour faire le boulot pour un label comme EBEN? Monsieur BENQUET m’a confié une mission ceci même en sachant que je suis inexpérimentée (car moi j’ai toujours été honnête avec lui a ce sujet) et je l’ai assumée, c’est à lui que je devais rendre des comptes et je l’ai fais quand ça n’allait pas, il me disait comment rectifier le tire et je le faisais.
Mon boulot je l’ai fais et plutôt bien pour « une débutante » il faut bien partir d’un  pour  un autre. J’ai joué ma partition et j’en suis satisfaite.


Après EBEN, tu as managé  l’Africa Star Sidney et le rappeur Toopy 4 Ever, là aussi l’aventure a tourné court…
C’est incroyable comme les chaumières bavardent !!!!!!! Sidney et Toopy 4 ever c’était PENDANT l’aventure avec EBEN et non après.  Dans la vie on évolue seulement avec les personnes qui vous permettent et vous donner envie d’avancer. Je ne regarde plus derrière moi, J’AVANCE.


On t’a également vu bosser dans l’organisation de la 3e édition du Zomloa Annual Show, finalement tu es partout ?
Je suis là où je peux apprendre encore mieux à faire mon boulot, on a dû me voir sur les scènes hip hop de yafe en 2007, sur les scènes MTN des jeux universitaires, au niveau du show de booba, sur les scènes du kolatier, sur excellence7, la nuit du court métrage, les JCM et que sais je encore. Je suis toujours la où on a besoin de moi.


Aujourd’hui, tu manages le label Red Zone, ça se passe comment pour toi ?
Ben ça va faire 1 an et 1 mois que je suis au sein de RED ZONE et je dois te dire que je ne me serais jamais doute que je me retrouverais dans ce label. RED ZONE pour moi c’est plus seulement un lieu de travail, c’est MA FAMILLE.


En quoi consiste ton boulot dans ce label ?
Je suis celle qui gère au quotidien le label, je suis à la fois la communicatrice, le manager au sein de la structure (planification des actions, budgétisation, actions commerciales etc.), je suis le service d’accueil pour tous ceux qui veulent rencontrer le grand guerrier et ses soldats. Nul ne va au père sans passer par moi…


Tu es la seule meuf du label, comment arrives tu à gérer ces fortes têtes ?
Ben c’est super cool d’être la seule meuf de la team, non seulement t’es super chouchoutée mais laisse moi te dire que lorsqu’ils veulent te passer un savon ils n’y vont pas par quatre chemins, entre nous il y’a le feeling d’une famille. Je suis souvent la maman autoritaire et possessive de la famille, mais grâce au dialogue et à la compréhension on arrive à tout, je me demande même parfois comment ils arrivent à me supporter !!!! Se sont des gars extraordinaires qui me respectent pour mon travail et ma force de survie au sein de ce milieu.


Le label est actuellement en plein chantier  (le recrutement des nouveaux mc’s : kreezy, Yann la fumée… un site internet), jusqu’ou comptez vous aller ?
on ira jusqu’ où on pourra et jusqu’ou le bon Dieu nous le permettra.5 années d’existence c’est pas 5 jours nous nous devons plus que jamais d’agir encore plus , de nouveaux mc’s, un site Internet, une ouverture vers l’Afrique( avec des participations a des festivals lorsque nous le pourrons), une compil en préparation, des albums en chantier (DIGITAL : « acte de présence », SISSONGHO MC’S «  de la racine à la cime » , HOLOKOST, PALESTO « kick them all », THE GUARDIANS : « collab’s ») des shows RED ZONE TEAM ,une collaboration musicale avec des artistes béninois et pour clôturer l’année LE MASSIVE ATTACK 2. Les projets sont nombreux mais nous restons calmes et les préparons sereinement, essayons de trouver les moyens pour atteindre les objectifs


Au mois de Juin 2008, il y’a eu un incident entre toi et Oshimihn ce que beaucoup de mc’s ont appelé l’affaire Berthe Oshimihn, qu’est ce qui s’était exactement passé ?
J’ai commis une erreur car je ne suis qu’un être humain et de mes erreurs j’ai appris énormément.
C’est du passé pour moi. Je vais de l’avant. De cette aventure j’ai appris beaucoup et j’ai grandi. Il y’a quelqu’un qui m’a dit « à présent t’es vraiment dans le show biz ».
Je tiens à remercier des gens comme Arthie, JFT Talla, Blanche Bitga, Bobby shamahn, Kameléon, Digital, Charlie Ngango, Myster B, Kolonel perfect et en particulier MA FAMILE, qui m’ont soutenu dans cette épreuve difficile.


Beaucoup t’avait jugé sans entendre ta version, aujourd’hui qu’est ce que tu peux dire à ceux là ?
Je regarde DEVANT MOI plus DERRIERE. La force d’un homme ne se mesure pas aux nombres de fois où il tombe mais à sa capacité à se relever devant chaque obstacle. Grâce à cette aventure, je me suis VERITABLEMENT découverte et je me suis rendue compte de mes potentialités, de ma force, mais aussi de mes faiblesses, donc j’avance aujourd’hui plus confiante que jamais.


Aujourd’hui Oshimihn n’est plus dans Red Zone, label dont il a été cofondateur. Ce départ  avait il un lien avec l’affaire Berthe Oshimihn ?
Cela serait prétentieux de dire que BERTHE KWEDY est responsable d’un tel départ. Sa position par rapport à RED ZONE reste floue. C’est pourquoi Le label continue ses activités globales. De toute manière il est clair que ce label qui l’a fait ne répond plus de lui au jour d’aujourd’hui, mais selon ce que je sais, il a tout à fait le droit d’utiliser le nom RED ZONE (qui est un mot anglais). Mais il a interdiction formelle de se servir du logo et de la structure juridique « RED ZONE RECORDZ & GRAPHICS STUDIOS » car ces deux entités sont la propriété légale de Bobby shahmahn.
 Seul bobby shahmahn est capable de vous expliquer ce choix, comme il le dit souvent « La vérité est parfois très laide, c’est pour cela qu’elle est assimilable à la justice, vaut mieux parfois la taire, l’exprimer peut causer des dégâts regrettables ».


Le métier de manager artistique nourrit il son Homme au bled ?
Vivre de son salaire de Manager ?? Quel salaire  ???!!! Combien de scènes existent au pays ?? Avec quelle fréquence ?? Combien sont elles payées???? Tu me diras « si ça paie pas que fais tu la ?? » je  suis là parce que je kiffe le mouvement et que je suis certaine que bientôt, très bientôt, ça va payer, entre temps on développe d’autres choses derrière tout ça, et on vit avec.


Un conseil à tous ceux qui veulent faire dans le métier ?
Aimer son boulot, le faire avec beaucoup de professionnalisme et d’abnégation, beaucoup écouter et regarder. Accepter la critique et la remise en question continuelle.


Je suis un jeune rappeur je veux intégrer Red Zone, je fais comment ?
Sois VRAI, ai l’amour du travail BIEN fait, mets y ton être tout entier et on verra…


Un dernier mot ?
2009 est une année déterminante pour moi autant professionnellement que personnellement donc j’avance tranquillement mais pas seule car j’ai la team avec moi et nous avons la foi que le meilleur reste avenir donc restez éveiller.

Leave a Response