hello@kamermoov.com
samedi, juin 22, 2024
On Djoss

Daara J Family : « On arrive bientôt au Cameroun »

En pleine ambiance Dakaroise, au rythme des belles mélopées du pays de Senghor, autour d’un verre de bissap, kamerhiphop.com vous emmène au pays de La téranga à la rencontre de Daara J Family. Ndongo D et Fadda Freddy (ce qui reste du noyau dur) nous présentent leur dernier album ‘‘school of life ’’ qui les ouvrent à l’international, ils nous parlent du hip hop sénégalais, de leurs projets à venir…

Kamerhiphop.com : Pourquoi avoir rebaptisé votre groupe Daara J Family ?
Daara J Family :
Le nom DAARA J FAMILY est une continuation du projet « daara » C’est à dire que l’école prend d’abord sa source en famille…

Vous avez lancé l’Appel du 18 juin en direction vos fans sénégalais. L’appel a-t-il été entendu ?
On n’a pas fait un appel pour le 18 juin. En fait il y’a eu deux concerts successifs en 2009 et en 2010 le 26 juin au ccf, des concerts à guichet fermé !

« School of life » votre nouvel album est sur le marché. Pouvez-vous faire une présentation pour nos internautes ?
C’est un album que le hip hop africain attendait. Il regroupe plusieurs titres, 16 au Sénégal et 11 pour le cd international. II parle de l’Afrique, de ses enjeux, de ses problèmes, en plus on a revisité des styles musicaux qui confirment l’ouverture du groupe. Cet éclectisme a permis de faire des titres comme « potu nda  » qui sonne Afrobeat , »temps boy » qui raconte la nostalgie de l’enfance un son partagé entre les rythmes du pays et le blues, »bayi yoon » un morceau qui cartonne au pays en ce moment et qui repositionne le débat du panafricanisme, »waccél sa grif » hymne à l’anti bling bling dans nos pays sous développés …

Cet album est également le point de départ d’un nouveau style, l’Afrohop, dont vous êtes les créateurs. De quoi s’agit exactement ?
L’afrohop est le mélange de musique africaine et de hip hop.

Cet album vient également couronner 20 ans de carrière ; quel bilan faites-vous de votre parcours dans le hip hop ?
Une longue carrière qui a permis de gagner en expérience et conformer notre position sur le plan international.

Lors de la sortie de votre album votre objectif était de vendre 90.000 exemplaires et décrocher un disque d’or…
C’est un pari fou mais qui semble rebooster le marché du disque au Sénégal, on est à plus de dix mille depuis un mois et on est très confiant le disque d’or sera acquis inchallah.

Qu’en est-il à ce jour des ventes et de la réaction du public ?
Une réaction extraordinaire du public qui nous a énormément soutenus jusqu’à présent .On a un public très réceptif au message de l’album.

L’une des innovations à travers ce nouvel album c’est le live et même lors de votre concert du 18 juin dernier à Dakar vous étiez accompagné par un orchestre. Pourquoi ce revirement ?
Ebah ce n’est pas un revirement. On a toujours travaillé avec des musiciens, il se trouve qu’on a plus tendance à expérimenter ce côté et on est plus à l’aise maintenant.

On remarque que la spiritualité est une thématique très présente dans vos chansons. Quelle explication donnez-vous à cela ?
Le monde est spirituel peut être que la religion ramène souvent un débat de polémique et d’après nos voyages on a bien vu que le seul lien qui peut réunir les peuples est dans la spiritualité, oui notre musique est spirituelle.

Le hip hop sénégalais est l’un des meilleurs à l’échelle africain, qu’est ce qui fait sa force à votre avis ?
« Saabou dou foot boppam » c’est un proverbe wolof qui dit que le savon ne se lave…il est l’un des meilleurs mais on a du boulot Ebah. On sert de plateforme pour beaucoup de pays et c’est ça qui fait sa force il y’a aussi tout le travail des pionniers.

Quelle relation gardez-vous avec Alaji Man (ex membre de Daara J. Ndlr) avec qui vous avez démarré l’aventure Daara J il y’a 20 printemps ?
On ne travaille plus avec lui depuis 2007.

Quel rapport entretenez-vous avec les membres de la grande famille hip hop du Sénégal ? (Fou Malade, Pacotille, Awadi…)
Des relations professionnelles, souvent on se croise sur scène, on la partage aussi.

Quels sont vos projets à venir ?
Le studio bois sakré, des productions en vue pour 2011 des compilations et le disque d’or, toujours le disque d’or africain.

A quand un concert de Daara J Familly au Cameroun ?
On arrive…bientôt (big up à Negrissim…)

Un contact pour des éventuels tourneurs, les fans…
abniang@gmail.com, ndongod@gmail.com ou www.mspace.com/daarajfamilyofficiel

Un dernier mot pour vos fans au Cameroun et à travers le monde ?
Africain et fier de l’être, l’album « school of life » est dans les bacs et disponible sur itunes. Merci kamerhiphop !

Interview réalisée par Ebah Essongue

Leave a Response