hello@kamermoov.com
vendredi, décembre 9, 2022
On Djoss

Jy junelle : « je donnerai 8/10 au hip hop kamer… »

La vidéo de « Strip for me« , extrait de son album « Mi Poullo » (album annoncé pour Décembre 2010) tourne en boucle sur internet et sur des chaines de télé camerounaise. Originaire du nord Cameroun, Jy Junelle nous parle de son métissage « Je viens du Nord Cameroun (Garoua). Mon père est métis d’origine italienne et Peuhle (Nord Cameroun),  et ma mère est métisse d’origine allemande et du centre Cameroun (Sangmélima). » Nous dit elle.  Elle nous parle également de ses débuts dans la musique, de son album, du hip hop kamer, de sa structure VIP*GIRLS…
 
Bonjour Jy Junelle, pouvez-vous svp vous présenter à nos internautes ?
Je suis JY JUNELLE, Chanteuse d’origines camerounaises (Peuhle du Nord Cameroun), Italiennes et Allemandes. En parallèle à mes activités de chanteuse, je suis aussi directrice artistique de la troupe VIP*GIRLS, l’une des plus grandes troupes de danseuses en France.


Quand on entend Jy Junelle, ça sonne angélique, d’où tenez vous ce nom d`artiste ?
Mon nom d’artiste (rires).   » Junelle  » c’est mon prénom et  » jy  » mon petit pseudo dans ma famille, on m’a toujours appelée  » jyjy ».  Aujourd’hui pour couper court j’ai gardé un seul « JY » et ca nous donne JY JUNELLE.


De quelle partie du Cameroun venez-vous ?
Je viens du Nord Cameroun (Garoua). Mon père est métis d’origine italienne et Peuhle (Nord Cameroun),  et ma mère est métisse d’origine allemande et du centre Cameroun (Sangmélima). J’ai fait mes études à Garoua, au collège Lamido Hayatou et au Lycée bilingue de Garoua.


Vos débuts dans la musique parlez-nous en ?
Mes débuts n’ont pas du tout été faciles. J’ai commencé à m’intéresser au monde de la musique à l’âge de 10 ans. A l’époque dans le Nord Cameroun,  les artistes n’étaient pas bien vus. Je me souviens qu’il y’avait plus des griots pour animer  les mariages, quelques chanteurs  comme « BABA ALI  » originaire de Garoua. En tout cas dans le Nord Cameroun, la musique était surtout une affaire d’hommes. Dès le CM2,  j’ai commencé à participer à pas mal de concours, je chantais et dansais lors des manifestations culturelles pour mon établissement » le college  lamido hayatou » qui me manque. J’ai fait ma première émission tété «VISAGE SEPTEMTRIONAL » présentée par ELEMEDJO journaliste à la CRTV Garoua. J’ai par la suite été élue Miss Garoua.


Quand avez-vous  réellement  réalisé, que vous vouliez vraiment faire carrière dans l’industrie musicale et de la mode ?
J’ai toujours été passionnée par le monde du show biz. Le déclic d’en faire un métier est vraiment venu de ma collaboration avec Chris Badd dans le cadre de la caravane « NO SIDA » et de la tournée nationale qui s’en est suivie au Cameroun.  Cette opportunité m’a permis de croire en moi et en ce moment là je me suis dit que je pouvais faire quelque chose dans la musique. Je m’étais rendue compte durant la caravane « no Sida » que j’avais une personnalité et  une image qui captivaient des personnes autour de moi. La tournée « NO SIDA » m’a apportée une certaine notoriété et je me suis dit que je pouvais capitaliser et apprendre de nouvelles choses  pour développer déjà ce que j’avais acquis.
 
Comment votre entourage l`a-t-il prit ? Car si on l’a bien noté, vous êtes originaire d’une région du Cameroun où  le poids des traditions demeure ?
Mon entourage n’a jamais cru en moi, mes proches m’ont toujours qualifiée de « junelle au pays des merveilles », ma famille elle a toujours trouvé que j’étais naïve,  fragile pour ce métier qui ne me rapportais rien, et n’était pas fiable pour mon avenir. Effectivement, le Nord Cameroun, encore aujourd’hui demeure une région où les femmes sont soumises aux hommes, doivent se marier très tôt ou subir des pratiques assez barbares. Alors vous imaginez bien que la musique pour les femmes était très mal vue.  Contrairement aux autres familles la mienne était quand même plus ouverte, mais l’entourage nous pourrissait la vie; Par exemple : je n’avais presque pas de copines. En effet, les parents craignaient pour leurs filles. Au Nord Cameroun, la « vraie » femme, c’est la  » dada saré », la mère de la maison, ou mère du foyer.
 
D’où puisez-vous l’inspiration pour écrire vos textes ?
Mon inspiration vient d’abord de mon vécu personnel de  jeune femme, entre les traditions de l’Afrique et la modernité de l’Europe, mon côté pudique de Peuhle du Nord Cameroun et un côté très sexy et provocateur de ma personnalité. Je parle de mes joies et peines, de mes aventures en tant que femme que les hommes ont tendance à considérer au premier abord uniquement comme un objet de fantasmes. J’aborde aussi des faits de sociétés tels que l’injustice ou la feymania. L’inspiration vient aussi de l’équipe avec laquelle je travaille, mon producteur Thierry STAN, mon compositeur Christophe LEVACHER et mes deux auteurs Stéphane  ANGLIO et Corinne PIERRE-FANFAN.  Je coécris certaines chansons et les paroles sont à la fois en Français et en Peuhl.
 
En 2003 vous sortez un single ‘’ No Sida’’ avec la collaboration de Kris Bad et récemment  ‘’Strip for me ‘’, pourquoi  ‘’Strip for me ‘’
« Strip For Me » est le premier extrait de mon album « Mi Poullo ». Le clip est sorti il y a 3 semaines et est visualisable sur Youtube et sur mon site www.jyjunelle.com. Les premières diffusions à la télévision ont d’ailleurs démarré cette semaine. Dans « Strip For Me », j’inverse les rôles, car à chaque fois c’est les femmes qui doivent être sexy pour les mecs, elles doivent se faire belles pour plaire. Pour une fois c’est la fille qui drague un garçon juste pour satisfaire ses propres fantasmes l’espace d’une nuit. La fille séduit le garçon, parfois avec un langage très osé, et lui demande de lui faire un strip tease.


Parlez nous de l’album ‘’ Mi Poullo’’, que signifie  ‘’ Mi Poullo ’’ ?
L’album compte 10 titres et s’intitule « Mi Poullo », qui signifie « je suis une femme peuhle ». Ce que je veux exprimer, c’est que je suis une citoyenne du monde et je revendique mon origine Peuhle tout en m’épanouissant, et je veux qu’on comprenne que le fait d’être peuhl avec des traditions très présentes n’est pas synonyme de non épanouissement, surtout chez les femmes.
 
Doit-on s’attendre  a  un album intégralement  RNB  ou a un album varié ? A quand  est prévue la sortie ?
Musicalement, les 10 chansons de l’album sont construites sur un style RNB/POP, avec un mélange subtil d’instruments typiques africains. Ah! L’album est prévu en fin décembre 2010 si ca ne traîne pas trop.


Alors  VIP GIRLS, Idée de génie !!! Comment ce concept vous est-il venu en idée ?
VIP*GIRLS 🙁 rires). Pour VIP GIRLS, l’idée m’est venue au moment de la définition du concept artistique de ma carrière solo. Je suis avant tout une show woman à l’américaine. Or, de manière générale en France, la plupart des chanteuses et danseuses sont trop statiques sur scène à mon goût. J’ai donc dû sélectionner et former une équipe de danseuses à l’image de mon concept artistique. Après 2 ans d’existence, VIP GIRLS fait partie des 2 ou 3 plus grandes troupes de danseuses en France. Nous avons fait récemment l’objet d’un reportage sur la chaîne TPS STAR. En plus de m’accompagner sur scène lors de mes concerts, VIP*GIRLS anime de nombreux évènements prestigieux, privés, commerciaux ou institutionnels, en France et à l’international.
 
Comment avez-vous réussit à réunir autant de femmes en même temps charmantes et talentueuses …
En plus de mon apport en tant que directrice artistique, VIP*GIRLS est gérée par une structure professionnelle, la société DAYLINE PRODUCTIONS. Nous faisons en moyenne 4 castings par an, avec des critères de sélection très stricte. Les filles doivent faire au minimum 1m65, avoir une plastique parfaite, être très bonne danseuse. Nous ne sélectionnons en moyenne que 20% des candidates qui postulent. Par la suite les danseuses doivent suivre un entraînement intensif animé par des chorégraphes, en moyenne 12h par semaine.


La troupe contient combien de filles ? Comment se prépare les shows ?
VIP*GIRLS compte 20 danseuses d’exception, encadrées par deux chorégraphes et deux capitaines. Pour la préparation des shows, il faut plusieurs étapes : la conception des chorégraphies et de la mise en scène, le choix des costumes et des accessoires, les répétitions avec les danseuses, l’apprentissage de l’expression scénique (la fameuse « VIP*GIRLS attitude »), la balance le jour du show.
 
Vous avez fait la première partie de kat Deluna en 2009 ? Avec  quels autres artistes avez-vous travaillé ?
La première partie avec KAT DELUNA  en 2009 a été une très belle expérience, ce fut d’ailleurs le 3ème show VIP*GIRLS au Barrio latino à Paris. Nous avons collaboré avec plusieurs autres artistes, le dernier en date étant Wes Madiko.


Avec quel artiste aimeriez-vous travailler ?
J’aimerais travailler avec les meilleurs ! (Rires) attention !    Je vous transporte dans mon pays de merveilles : Usher, Beyoncé,  Madonna, Yannick Noah, dommage que Mickael Jackson ne soit plus en vie !
 
Quel est votre clip et album coup de cœur du moment ?
Mon album préféré : « Mi Poullo », et mon clip préféré : « Strip for me ». J’écoute toutes mes chansons en boucle.  Je suis la premiere fan de Jy JUNELLE.


Quelques titres que l’on peut retrouver dans le Mp3 de  Jy Junelle ?
Rihanna : té amo
Mickael Jackson : blood on the dance floor
Beyoncé : égo
Jy Junelle : strip for me
Richard Bona , Ashanti Tokoto, Tim et Foti, Grâce Decca, Isnebo , Annie Anzouer ,Charlotte Mbango, Tom Yom’s , et Sam Fan Thomas mon grand ami.
 
Quel note sur la marge de 1 a 10, donnerez vous au Hiphop Camerounais ? Pourquoi ?
Mhhhhhhhhhhhhhhhhh le hip-hop camerounais!!!  Je donnerai 8/10. Il faut avouer que les artistes du Hip Hop camerounais sont courageux, passionnés, talentueux et patients. C’est très dur d’évoluer dans un cadre où les artistes ne vivent pas de leur art, il n’existe pas de formations ni d’écoles, comment un pays peut se développer sans ces  ambassadeurs de sa culture que sont les artistes?


Un mot de fin pour les  jeunes camerounais en particulier ceux du Nord Cameroun, qui vous lisent en ce moment ?
Aux jeunes camerounais, gardez espoir il y a forcément un avenir prometteur pour ceux qui ne baissent pas les bras et croient en leurs rêves. Je passe un « sannou » à tous les jeunes du Nord Cameroun. Rendez-vous dans quelques semaines pour danser au rythme de l’album « Mi Poullo ».


Quelques contacts  email, site perso, facebook, hi5… ?
Pour me contacter : contact@jyjunelle.com. Le nouveau clip « strip for me » : http://www.youtube.com/watch?v=ItVLb2C1cl4. Le site officiel Jy JUNELLE : http://www.jyjunelle.com. Facebook officiel Jy JUNELLE: http://www.facebook.com/pages/JyJunelleOfficiel/297486446174 Le site officiel VIP*GIRLS : http://www.parisvipgirls.com
 
Questionnaire de Proust


Apparemment vous avez un caractère bien trempé, quel le principale trait qui vous qualifie ? L’ambition
 
Un objet qui ne manque pas dans le sac a main de Lady Jy Junelle ? Le rouge à lèvres
 
Votre plat Camerounais préféré ? Comment pourrais-je avoir qu’un seul plat préféré ?
J’en ai en fait 5 : le bohko (feuille du baoba), le folléré , le sangha , le cokie, le bongo.
Avec ca je suis heureuse (rires)
 
La vertu que vous appréciez le plus ? L’humilité, la générosité
 
Votre personnage historique ? Mickael Jackson
 
Votre modèle dans  le monde de la mode ? Naomi Campbell.
 
Votre principale qualité ? L’humilité
 
Votre principal défaut ? La gentillesse
 
Ya t-il un meilleur souvenir que vous partagerez volontiers avec nous ?
Quand j’étais plus jeune, je me rappelle nos longues baignades dans le fleuve la Bénoué (Nord Cameroun) avec mes sœurs et mes cousines.
 
Et enfin, la devise de Jy Junelle ? Travail, Persévérance, et Paix.
 
Quel image aimeriez vous que les gens gardent de vous a votre passage ? Femme fatale, sexy et  magnétique.

Leave a Response