hello@kamermoov.com
dimanche, février 5, 2023
On Djoss

Teddy Kuntano : « Mes relations avec DJ Bilik sont saines… »

Après Sultan Oshimihn et Kris Badd, c’est au tour de Teddy Kuntano, membre du groupe Bois d’Ebène de parler du label Zomloa Recordz. Après avoir passé 10 ans dans ce label (en tant que rappeur et par la suite Administrateur général), il nous livre sa part de vérité.


Bonjour Teddy Kuntano, membre du groupe Bois D’Ebène, quand avez-vous intégré le label Zomloa?
Bonjour. En 2000, je rencontre lors d’un concert à Ndjamena un ami d’enfance qui s’appelle Harris, il me parle du label Zomloa Recordz avec lequel il travaille, il me vante le projet et insiste pour qu’à mon retour à Yaoundé je passe voir les installations de la structure. Je lui promets donc de faire un tour à mon arrivée sur Yaoundé, car il fallait que j’en parle avec mon Collègue Dablack (Cogito). On est arrivé un matin au Studio à l’époque c’était à Obobogo. On a rencontré DJ Bilik, on s’est mis d’accord et on a commencé à bosser ensemble. Il n’y a pas eu de sélection ou de séances d’écoute. DJ Bilik nous connaissait et nous aussi on le connaissait, donc ça s’est fait tranquillement.


Comment avez-vous été accueilli, quant on sait qu’à l’époque, il y’avait une dizaine de groupes et d’artistes ?
L’accueil n’a pas été terrible, juste qu’on était dans notre coin, on se connaissait tous et c’était un peu la guerre psychologique. À l’époque on était plus dans notre quartier et même quand on faisait des shows ailleurs, c’était toujours pour représenter Yaoundé IVe. Je connaissais personnellement Sultan Oshimihn, Nkunkuma, Sumalek, Harris, Sulljah, le reste on s’est connu sur place. On faisait des free-styles interminables où on jaugeait nos niveaux respectifs.
 
Vous avez participé aux deux compiles du label (zomloa familia au pays de kush1 et 2), raconte moi les 02 aventures…
Les deux aventures étaient similaires car la direction artistique était toujours subjective et les enregistrements étaient très souvent improvisés, c’est la raison pour laquelle les artistes n’ont jamais démontré leur véritable talent. La seule différence, c’est que pour la première les finances étaient bonnes or pour la deuxième c’était la débrouille.


Quelle était l’ambiance qui prévoyait à l’époque, quant on sait qu’il y’avait des artistes à très tempérament ?
L’ambiance était cool pour la plupart du temps, souvent il y avait des montées de testostérone et ça faisait des étincelles. DJ Bilik n’était pas très accessible, il état entouré par un « noyau dur » qui s’est révélé à la fin incompétent, ce qui a poussé le label dans le ravin car, c’était plus la bringue que le boulot. Le label avait beaucoup de talents connus et inconnus mais ce fameux clan faisait tout pour que les autres ne brillent pas, ils imposaient leur manière de voir le rap que personne ne comprenait et surtout que le public ne kiffait pas, des pseudos visionnaires qui en fait ne voyait pas pour le label mais seulement pour eux, dès qu’ils ont vidés les caisses ils sont partis. « Les âmes traitresses », mais c’est partout comme ça je crois…


Quelques anecdotes ?
Je préfère garder le secret du vestiaire lol…    
 
Vous êtes parti du label il y’a quelques temps, quelles relations entretiens tu avec tes anciens collègues et avec DJ Bilik ?
Mes relations avec DJ Bilik sont saines, il me connait et il sait que j’ai beaucoup de respect pour lui, j’ai quitté le label mais je ne renie pas cette partie de ma vie. J’ai appris beaucoup auprès de DJ Bilik, il m’a toujours fait confiance, la preuve avant son séjour en Guinée il m’a confié le label que j’ai géré pendant 2 ans. Lorsque j’ai décidé de partir avec mon groupe je l’ai fait de manière civilisée, sans verser dans les intrigues et les injures. Avec les membres du label y a pas de soucis on reste potes juste qu’on est plus dans le même label.


Quel souvenir gardes-tu de ce label ?
Je garde un souvenir mitigé car j’ai passé de très beaux moments, je pense aux voyages au Gabon et en Guinée à tous ces instants de joie entre nous au label car il faut préciser que ce label, c’est d’abord une famille. Ensuite un gout d’inachevé car on a gâché trop de temps et trop de talents. On a souvent fait les mauvais choix et j’espère que ceux qui y sont encore vont rectifier le tir, car Zomloa a souvent manqué de beaucoup de chose mais jamais de talents.


Cette année, Zomloa Recordz fêtera ses quinze ans, Bois d’Ebène sera-t-il de la partie ?
Bien sûr que Bois d’Ebène sera là ainsi que Teddy Kuntano et le Cogito, on ne saurait manquer cet événement. 


Si t’as des conseils à donner à DJ Bilik, qu’est ce que tu peux lui dire ?
Conseils, c’est trop dire, juste lui dire d’être plus à l’écoute.


Tu prépares ton album solo, peux tu me parler de cela ?
En fait je le prépare depuis un an avec mon label « NEVERDIE RECORDS», il s’intitule « KUNTAZONE», il comporte 15 chansons avec en featuring Cogito, Nkunkuma, Mongo Nam, Sumalek, Kreezry, Nisha, Shy Fx. Avec pour producteurs de sons dj Kriss et Shy Fx. Là les clips sont entrain d’être faits ainsi que les pochettes et les CDs. la sortie est prévue pour le 15 janvier 2012. Etant donné que c’est le premier produit du label on veut faire ça bien, histoire de proposer autre chose, alors on prend notre temps.


DaBlack Cogito également prépare le sien, comment allez-vous gérer cela ?
Cogito devrait aussi sortir son album en janvier toujours sous le même label. Avec ses contraintes de boulot on verra, car selon la planification du label, Bois d’ébène rentre en studio en juin 2012 pour l’enregistrement du deuxième album «  le Saint Graal » prévu pour fin 2012.


Quelques contacts utiles ?
teddykunta@yahoo.fr
Tel : 96704996.


 

Leave a Response