hello@kamermoov.com
vendredi, décembre 9, 2022
On Djoss

DRYLAN : « Le hip hop Camerounais a du potentiel »

Passionné de musiques urbaines aujourd’hui essayiste dans la musique, nous vous proposons en exclusivité, un échange – séance découverte avec Drylan, de passage dans la tanière de Blaxity avec Tony Nobody.


Bonjour Drylan, peux-tu te présenter pour les internautes de Kamerhiphop?Bonjour, artiste polyvalent de paris d’origine camerounais. Je suis né à New Bell, je suis allé en France à l’âge de 9 ans. J’ai comme hobby le rap. Je suis dans le 19ème arrondissement à Paris. Je suis dans la musique cela fait pas mal de temps, mais c’est maintenant que je suis entrain de mettre des bases pour me faire véritablement connaitre du grand public.


Depuis ton arrivée au Cameroun, as-tu écouté quelques artistes locaux, si oui lesquels ?


J’ai écouté pas mal d’artistes avec qui j’ai eu à faire des featurings comme Notyka, Tony Nobody… Gros noms ou pas, cela ne m’intéressais pas vraiment, tout s’est passé au feeling. Au regard de ce que nous avons eu comme contacts et échanges durant mon séjour ici, tout s’est fait par ce canal.


Comment trouves-tu le hip hop camerounais ?
Je me suis pas trop baladé pour donner un avis global mais pour le peu que j’ai écouté, je peux dire qu’il ya du potentiel. Si les gars continuent sur cette lancée ça progressera car il  y a véritablement un bon potentiel exploitable et cela m’a fait vraiment plaisir de le découvrir.


Tu es en pleine préparation d’un nouveau projet, de quoi s’agit-il concrètement ?
Je prépare un street album en France qui s’appelle « Tsunami » c’est un projet de 15 titres. Ce sera une présentation de ma personne au grand public. Il y aura au moins 11 titres solos parce qu’il est question sur ce projet de me mettre en avant. Il sortira en autoproduction avec des artistes en herbe et surtout une star française que vous connaissez ici à savoir Mister You.


Le hip hop camerounais est il écouté en France ? Si non, pourquoi ?
Non. Parce qu’il n’est pas assez médiatisé et parce que la base du hip hop écouté en France vient de là. La priorité communicationnelle est axée sur la production locale. Déjà qu’en France je ne marche pas avec les rappeurs français, je suis un kiffeurs hors milieu. C’est ici au Cameroun que j’ai découvert le rap camerounais.


Comment appréciez-vous votre séjour au Cameroun ?
Agréable, confortable, indomptable !!


Où peut-on écouter ou contacter Drylan ?
Sur facebook : Drylan formation de combat
Sur Youtube : Drylan

Leave a Response