hello@kamermoov.com
samedi, novembre 26, 2022
On Djoss

DFlay : « la Mixtape Noir et fier annonce l’album Le purgatoire qui fera très fort… »

Pour ceux qui l’ont connu à ces débuts, tous témoigneront son évolution subreptice a peut-être affûté le potentiel énorme qu’il regorge aujourd’hui. Dflay a su s’imposer sur la scène hip hop de l’ouest de la sortie et se lance aujourd’hui à la conquête des grandes métropoles. A l’occasion de la sortie de sa mixtape « Noir et Fier », le MC doublé d’athlète est venu à notre rencontre et en a profité pour nous parler de l’album à venir « Purgatoire » qui s’annonce tonitruant.


Bonjour D-Flay, on va rappeler que tu as fait le déplacement spécialement pour cette interview, cela témoigne du sérieux que tu accordes à ta passion, le hip hop. Tu viens présenter ta mixtape Noir et fier sorti le 17 Mars dernier, félicitation déjà.
Merci à vous, c’est un immense plaisir pour moi d’être en ta compagnie et surtout d’être sur kamerhiphop qui est une fierté pour le hip hop africain. Le travail avance, on ne cesse de taffer dur pour que le hip hop kamer prenne véritablement son envol.


Justement, pour un brave soldat de l’ombre que tu incarnes avec dignité, peux-tu recenser les projets auxquels tu as collaboré, pour ceux qui ne te découvrent qu’aujourd’hui ?
Déjà je dirai que je n’en suis pas à mon premier projet solo, en 2005 sortait mon 1er album « les âmes perdues » de 12 titres dans lequel m’accompagnaient des grands frangins comme prodige et Ekzil de la Rhétorik, Ivee, Lauren By et plein d’autres. Après cet album, j’ai sorti une compil « Free Mic » avec la collaboration de DJ Boozer, c’était 15 titres. Le Maxi « les âmes fortes » a suivi et aujourd’hui je sors la mixtape « Noir et fier » qui annonce « le purgatoire » qui va faire très fort.


Le titre est très évocateur, mais pourquoi « Noir et Fier » ?
Noir et fier tout d’abord parce que je suis fier d’être noir et parce que j’ai une volonté profonde de valiser mes origines, tout en scotomisant cette imagerie populaire qui voudrait le noir ne pense que par ses bras et non par la tête…


Est-ce là le message que regorge la mixtape ?
Oui, j’y prône la connaissance ; que l’on peut être aussi intelligent, sage, vigoureux sur tout ce que l’on fait et savoir partager avec les autres.


Il faut dire que Dflay ne se limite pas à la musique, la lutte fait également partie des multiples activités que tu mènes…
C’est vrai, je suis lutteur, je pratique cet art depuis l’enfance, j’ai commencé à 3 ans avec le karaté avant d’enchaîner avec le Nambudo et l’aïkido. Après le judo, j’ai fait le choix de la lutte et aujourd’hui je suis fier et honoré d’avoir représenté l’université de Dschang lors de plusieurs jeux ou j’ai remporté pas mal de médailles. Actuellement je me bats pour une place à l’équipe nationale.


Et qu’en est il des scènes hip hop que tu organisais les week-ends au quartier Foto (Dschang), qui étaient une occasion pour les jeunes MC’S de se produire devant un véritable public ?
Les scènes continuent, c’est vrai que l’appellation a changé, avant c’est la « D 23 » et aujourd’hui on parle du « Flyer Show ». Je rappelle qu’on y expose et vend les supports originaux hip hop kamer. Et je pense que cela a amené beaucoup de jeunes et étudiants à véritablement se procurer les CD de rappeurs camerounais et c’est une fierté pour moi. On a même mis en place un concept sur facebook dans ce sens. Donc pour les artistes désireux de collaborer avec moi, mon contact est le 76 29 17 88. Notre griffe Wajo connait également un franc succès de ce côté-là, grâce au doigté magique du grand Boolio.


Dflay, bon vent surtout et bien de choses pour la suite.
C’est moi qui te remercie ainsi que la grande famille kamerhiphop.


 

Leave a Response