hello@kamermoov.com
vendredi, décembre 9, 2022
On Djoss

Anofel : « Mon rêve est d’asseoir une réelle industrie vestimentaire qui puisse générer des emplois… »

Déterminé, poignant et ingénieux, Olo’o Yves Hervé alias Anofel l’a toujours été et ce depuis sa tendre enfance. Jeune patron d’une entreprise de flocage des T-shirts et de personnalisation de gadgets de tout genre, il est aujourd’hui presqu’incontournable dans l’univers du hip hop kamer où il a bâti sa marque Anofel Wear. Invité spécial de culturebene.com, il nous a accordé l’entretien qui suit.


Anofel, sois le bienvenu sur culturebene.com
Merci, c’est un plaisir que culturebene.com me fait en m’offrant cette occasion de m’exprimer.


Aujourd’hui tu fais dans la personnalisation d’articles gadgets et accessoires de tout genre, tu es d’ailleurs l’un des meilleurs et le plus connu dans le domaine hip hop à ce qu’il parait…, comment t’es-tu retrouvé là dis-nous ?
Rire. Je dirais juste que ça a été un cheminement logique ; étant issu d’une famille  de diverses orientations notamment la musique, le dessin, la peinture… j’ai opté de passion pour le hip hop, mais étant un piètre rappeur (rire), j’ai choisi de faire dans le taggage  des T-shirts.


Et on connait la suite, ton entreprise naît via la marque Anofel Wear ; pourquoi déjà ce nom ?
Après avoir réussi avec les T-shirts, le challenge suivant était de me faire connaitre du grand public et d’étendre mon activité ; pour se faire, il fallait créer une marque qui non seulement devait susciter l’attention de Monsieur tout le monde sur le coup, devait aussi représenter quelque chose ayant trait à l’Afrique et à mon pays en particulier. Alors j’ai choisi Anofel et comme l’Anophèle (la femelle du moustique transmet le paludisme).


Assez original comme nom de marque, tu ne trouves pas ?
Rire, oui oui, c’est fait exprès car ma marque donne le palu à d’autres marques (rire).
Ça c’est sûr ; alors, ça fait combien de temps que ton entreprise existe ?
Ça fait 5 ans que nous existons. C’est vrai, nous avons passé 4 ans dans l’ombre mais qui nous a été bénéfiques. Aujourd’hui Anofel Wear c’est toute une structure et je ne suis qu’à la tête ; je bosse avec 5 associés qui interviennent aussi dans les créations et notre travail se professionnalise à mesure que le temps évolue.


On a l’impression que tu comptes à toi tout seul dévorer l’industrie hip hop, car il devient de plus en plus difficile de croiser des gens avec des T-shirts ne portant pas ta griffe ; quel est le secret d’une telle prolifération ?
Comme je l’ai dit plus haut, c’est depuis l’âge de 8 ans que le rap m’embarque, à 16 ans je m’intéresse alors à fond au hip hop kamer et j’ai la chance de côtoyer les grands-frères comme Joël Elong avec son pote Krotal. Puis par la suite je croise le chemin des artistes comme Habib Du Bled qui m’ont véritablement permis d’exprimer mon génie créateur en me passant des commandes. C’est un peu ça aussi ma politique, aller vers ces artistes qui n’ont pas toujours un bon support de com et grâce aux services qu’ils sollicitent chez moi, je me fais un nom derrière eux. J’en profite pour leurs dire merci, car si Anofel est là aujourd’hui, c’est en partie grâce à eux ; même si derrière j’ai aussi mes connexions personnelles.


Outre le taggage des T-shirts, peux-tu nous étaler le contenu des autres activités que vous meniez dans l’entreprise ?
Tout est basé sur le taggage et la personnalisation en fait. J’annonce déjà que d’ici fin juillet nous lançons une ligne de vêtements ou Sport Wear notamment les maillots de football et de basketball pour un début. Nous personnalisons déjà les pull-over, les polos, les casquettes et gadgets. A part ça nous proposons nos supports de communication aux artistes et à quelques sociétés de la place. Tout récemment, lors de la célébration de la fête du travail plusieurs sociétés nous ont passé des commandes dans ce sens. Sauf que nous avons une vision nouvelle, nous venons avec des logos nouveaux qui n’ont rien à voir avec les logos classiques devenus monotones.


Côtés prix, est-ce que ton équipe et toi êtes à la portée  du camerounais moyen ?
Les prix varient en fonction de la qualité du logo et de la qualité du flocage ; mais je vous rassure tout de suite, nous avons pris les mesures afin que le camerounais moyen trouve satisfaction en se référent à nos services, car nous sommes conscient de l’état conjoncturel de notre pays où il n’est plus évident d’avoir des produits de qualités à moindre coût. Alors n’hésitez plus, appelez-nous au 96 41 24 49, ou tapez Anofel Wear sur facebook pour en savoir plus.


On va sortir de notre entretien avec cette question, quelles sont tes espérances ?
Mon rêve c’est de faire asseoir une réelle industrie vestimentaire qui puisse générer des emplois pour les jeunes et leurs permettre de rêver car les jeunes camerounais ne rêvent plus assez, tous veulent aller à l’étranger ou encore travailler dans l’administration. C’est la raison pour laquelle nous avons créé cette entreprise, pour prouver à tous que l’on peut réussir, il suffit de prendre des initiatives.


Qu’est ce que tu écoutes en ce moment, question musique ?
Actuellement je kiffe du Prosby, c’est un jeune artiste camerounais qui fait très fort avec son maxi Mboa Girl, sorti il y a quelques jours seulement.

Leave a Response