hello@kamermoov.com
vendredi, décembre 2, 2022
On Djoss

Kastra : « le rap contrôle la jeunesse et je formate pour prendre le contrôle direct »

Bien avant, il arborait une réputation d’MC clasheur dans les rues de Bonabéri (Douala 4ème), certains  l’auraient taxé même de « vaccination-freestyle » ; Kastra 226 ne cesse dès lors de grandir. Mixtape sur mixtape, le garçon s’est donné une mission qu’il compte bien accomplir, celle de « Formater » les cerveaux et les mentalités… Curieux d’en savoir un peu plus sur cette ambition qui pourrait paraître louche aux yeux de beaucoup, il a accepté venir à notre rencontre afin d’expliquer sa démarche.


Salut Kastra, qu’est-ce qui justifie ta présence à Yaoundé ces temps-ci ?
Salut kamerhiphop.com, J’faisais juste un tour rapide à Yaoundé, puis on m’a dit qu’il y avait du rap, alors j’ai pas hésité, j’me suis dit pourquoi pas balancer 2-3 freestyles avant de repartir quoi.


Il faut rappeler que tu as également presté lors de la soirée de clôture du Buss it Up tout récemment, mais à part ça, que deviens-tu tout ces temps ?
Beh, Kastra 226 est toujours en plein dans le projet de sa mixtape, d’ailleurs nous tournons encore quelques vidéos dudit projet parce que nous comptons en faire 5 ou 6 et éventuellement les vendre en ligne sur iTunes.


Mais Kastra, il est tout de même important pour nous comme pour tous nos lecteurs de savoir si effectivement ton album tant annoncé est vraiment sur le marché ?
A dire vrai j’ai pas d’album sur le marché au jour d’aujourd’hui, je travaille juste sur des mixtapes en fait ; mais qu’à cela ne tienne, l’album il arrive et vous serrez informés le moment venu. Là pour l’instant c’est mixtape sur mixtape, l’album on préfère le garder pour la fin quoi.


Si on s’en tient au discours de ton acolyte Duc-Z, la collaboration avec le label MoyHold va plutôt bon train ; y aurait-il autre chose qu’on serait sensé savoir ? Est-ce votre producteur de façon concrète ?
Pour dire vrai Moyhold est une boîte de managers, c’est-à-dire qu’ils ont des managers pour sportifs, pour artistes, etc. Donc il leurs arrive de signer des contrats avec des artistes pour faire du management, et c’est eux qui s’occupent de notre image en fait, Duc-Z et moi-même.


Peux-tu être plus explicite ?
C’est pour vous dire que nous (Duc-Z et Moi), leurs apportons notre soutien culturel et artistique, et eux en retour apportent leur côté communicationnel.


On a remarqué tes teasing et postes sur les réseaux sociaux…, quelle image de toi veux-tu afficher ? Est-ce juste une simple histoire de buzz ?
(Rire), écoutez, comme je dis dans mes textes, ma mission c’est de formater en fait ; je formate tout le monde et tous les cerveaux, c’est en fait ce que j’essaye d’accomplir cette année. Je sais d’après les scores que partout où je passe je fais du bon travail, tu comprends ce que je veux dire ? Donc il n’y a qu’à continuer sur ce rythme et je pense qu’on atteindra nos objectifs tranquillement.


« Formater » pour toi c’est quoi ?
Le travaille, c’est-à-dire, recommencer tout à zéro (en formatant) et créer un nouvel empire, un nouveau business et réveiller le rap, le rap comme business et non le rap comme loisir. Parce que nous sommes déjà en 2012, mais très peu de rappeurs vivent de leur art, donc il est important de « formater » tout le monde puisque c’est déjà dans les mentalités. Vous savez, le rap c’est la seule musique qui contrôle la jeunesse, et on se rend bien compte qu’il y a plus de jeunes que de vieux, et moi je suis là pour les contrôler ; Donc, dès que je formate je prends le contrôle direct.


 

Leave a Response