hello@kamermoov.com
dimanche, décembre 4, 2022
On Djoss

Ayriq Akam : « Celui que je présente dans le spectacle « Hello », c’est quelqu’un de neuf »

L’univers musical d’Ayriq Akam se reconnaît à sa fantaisie, à la fluidité de son phrasé qui se balade entre rap, slam et chant. Son nouvel album intitulé « Hello » est prévu pour le mois de septembre 2014. Au détour d’un spectacle qu’il a donné au soir du 9 mai 2014 a l’IFC de Yaoundé, il s’est confié à nous.

Hello Ayriq Akam, Pouvez-vous nous présenter brièvement votre nouveau projet ?
« Hello » c’est un projet de 15 titres aux ambiances très afro dans les guitares, pour le reste c’est le socle habituel en terme de Hip-Hop avec un clin d’œil aux sonorités très actuelles. « Hello » c’est une porte ouverte sur l’univers d’Ayriq Akam, « Hello » c’est l’Afrique qui se lève, « Hello c’est les africains qui veulent marcher sur la lune en 2020.

On est quitté de « Puzzle » en 2010 pour « Hello » en 2014. Comment expliquer la transition ?
Les pièces ont été montées avec le projet « Puzzle » car ce projet était un ensemble de morceaux qu’il fallait reconstruire pour donner une direction globale à ma vie. C’était un projet à la fois personnel et artistique qui m’a permis de regrouper des pièces qui étaient dans un labyrinthe. La dernière pièce du puzzle dévoilée, me voici au bout du labyrinthe… Je suis dehors, donc « Hello »… Je suis là !

Quelle est l’équipe qui t’a accompagné dans l’édification de ce « Puzzle » et qui te permet aujourd’hui de dire « Hello » ?
Le projet « Hello » c’est Dj Kriss naturellement, c’est Mr Ndongo, c’est presque la même équipe que l’on retrouve sur le projet précédent intitulé « Puzzle » mais avec des musiciens en plus et plusieurs jeunes dont on valorisera leur apport en temps opportun.

De quoi parle « Hello » ?
« Hello » parle de la vie d’Ayriq Akam, car sa vie n’a rien de singulière. C’est le quotidien d’un jeune né au Cameroun dans les années 80. « Hello » c’est une introspection, c’est une recherche sur soi-même, c’est aussi la traduction même d’un rêve d’espérance à une réalité meilleure. Comme on l’a dit dans « Puzzle », les anciens savent que l’espoir a un monde et un avenir meilleur nous maintien en vie. Donc, il ne s’agit plus de rêver mais de vivre dans la réalité que nous avons choisie, cette réalité qu’on peut toucher du doigt.

Le 9 mai 2014, marque une nouvelle page qui s’écrit dans la vie d’Ayriq ?
Je ne dirais pas que c’est une nouvelle page, mais je parlerai plutôt de nouveau chapitre parce qu’on évoquera d’autres choses désormais. On parlera plus d’amour, d’auto définition de l’africain, du camerounais ambitieux.

Est-ce que ceux qui te suivent depuis le début de ta carrière, vont découvrir un nouveau Ayriq Akam ou tu t’inscris dans la continuité ?
Je crois qu’il y a une espèce de résurrection parce qu’une partie de moi est morte dans « Puzzle » et celui que je présente dans le spectacle « Hello », c’est quelqu’un de neuf. Mais c’est avec les cendres du projet précédent que j’ai réussi à bâtir le nouveau. Le Phoenix aura beau renaître mais ne l’oublions pas qu’il renaît de ses cendres. C’est aussi la raison pour laquelle, durant ce spectacle est fait des titres du projet passé remodeler en fonction de la vision qu’on a de la musique aujourd’hui et du nouveau.

 

 

Leave a Response