hello@kamermoov.com
dimanche, février 5, 2023
News

Vox pop : Que pensez-vous du festival couleurs urbaines 2009






« Mes impressions sont bonnes, je constate que c’était assez bien réglé au niveau de la sonorisation, du press standing. On eu un manque de public qui nous a un peu dérangé mais cela est dû aux intempéries. N’empêche on a fait un show comme il le fallait. Si je devais noter sur 20 je donnerai 16 ou 17 au festival car sans les sponsors habituels ils ont réussit à nous donner  quelque chose d’assez conséquent à la limite même convivial ».

Sir Nostra, rappeur.

« Au regard des deux précédentes éditions je pense que cette année c’est moins important quand on regarde la présence des spectateurs et il y’a beaucoup de choses à revoir. Il faut que le directeur du festival apprenne à être honnête avec lui-même et avec les artistes car si on est dans ce fiasco aujourd’hui c’est en parti à cause de son passé qui le rattrape, les artistes et les sponsors ne lui font plus confiance ».

Kreezry, rappeur

« Le festival cette année n’a pas répondu aux attentes en terme de public, d’organisation, la qualité du spectacle et même les annonceurs qui ne sont pas satisfait car les engagements vis-à-vis d’eux ne sont pas respecté. C’est déplorable car c’est un évènement majeur du hip hop au Cameroun et je pense que pour rectifier le tir il faut tout revoir à la base. »

Badjez, rappeur

« Ce n’est pas la merde mais on a été habitué à cent fois mieux que ça lors des éditions précédentes. Je me dis que Hans a fait avec ce qu’il avait donc du coup c’est un peu moins bien mais on espère qu’on va se rattraper l’année prochaine. Au niveau de la programmation il faut reconnaitre qu’il y’a eu plus de plateau découverte et il faut maintenir cela. Cependant il faut mieux calibrer l’organisation, la  communication est l’amélioration majeure à apporter car cette fois ci la communication s’est faite juste pendant le festival et même c’était limite parce que la communication d’avant le festival c’était du bouche à oreille. Pas d’affiches, pas de tracts, très peu d’émissions radios par rapport à l’année dernière où un mois avant le festival on entendait que ça mais cette année un mois avant le festival on entendait parler de tout sauf du festival. Hans prend des leçons et j’espère qu’avec son équipe il vont  revoir les choses .»

Stone,  slameur.

« J’étais pas présent lors des deux précédentes éditions. Cette année c’était beaucoup plus par curiosité. Je constate que ça été bien organisé car il y’a assez de sécurité et la qualité du spectacle est bonne »

Francis, anonyme

« Je constate que ce sont plutôt des douleurs urbaines cette année. On ne peut pas organiser un évènement de cette envergure sans promo étant donné que le festival a été reporté à deux reprises. Que quelqu’un se dise que parce que c’est la troisième édition il n’a pas besoin de faire de promo ça c’est de la merde. Tout ça dévalorise le hip hop camerounais et ce n’est pas cool. J’ai apprécié la deuxième édition  parce que l’organisateur a commencé à faire une promo un mois à l’avance. Il faut aussi revoir la programmation car on n’invite pas des artistes par affinité, il faut inviter des artistes qui méritent d’être là et qui peuvent soulever la foule »

Amina, rappeuse/artiste musicienne

« Cette année le festival n’a pas rempli toute les attentes mais bon on s’amuse bien quand même. Je constate juste qu’il y’a pas eu assez de promotion sinon le public serait plus nombreux »

Mobak, étudiant..

« Cette troisième édition n’est trop ambiancée car le public est absent. La présence de La Fouine stimulera peut être le public ce dimanche mais il se pose un problème au niveau du prix d’entrée (2000f. ndlr) que je juge trop élevé pour les jeunes »

Narcisse, restaurateur.

« Sachant que je ne suis pas d’ici puisque je viens de paris, je constate que le Cameroun a beaucoup évolué et j’aime bien ce que je vois avec les danseurs et je pense que je reviendrai l’année prochaine »

Assassin, anonyme.

« Après trois années des couleurs urbaines je ne pense que ça aurait dû être comme ce qu’on vit en ce moment l’évènement n’est pas à la hauteur des attentes. Je viens chaque soir et chaque soir je suis de plus en plus déçu parce que tout est d’une nullité sans égal, pas de public, pas d’organisation. Lundi lorsque nous sommes venus récupérer les badges même le podium n’était pas encore prêt. Mais bizarrement c’est plutôt les compétitions de danses urbaines qui ont réussit alors qu’ils étaient négligés les années précédentes. Il y’a beaucoup de paradoxe dans cette histoire. C’est un festival très important pour nous les danseurs et je souhaite que l’on revoie tout. Cette année on a mit  l’accent sur pas mal de disciplines comme le tag, le bmx, mais il y’a pas de public pour admirer la qualité de leurs œuvres. Les couleurs urbaines cette année ça ne m’enchante pas trop ».

Ariane Mawaffo, danseuse.

« Le festival est moins intéressant que l’année dernière, il est moins fréquenté mais bon on s’amuse bien quand même.. La qualité du spectacle proposé par les artistes était très bonne »

Vanessa, étudiante.

Leave a Response