hello@kamermoov.com
vendredi, décembre 9, 2022
On Djoss

Narco : Big up à tous ceux qui n’ont pas laché …

Ancien membre du SS Posee, Narco est un rappeur kamer qui vit en Allemagne depuis Janvier 2001. avec ses collègues des coudes productions, il avait lancé il y’a quelques mois un concours de rap sur notre site dénommé Beatz Contest. Concours qui a été remporté par le rappeur Olliviera. Pour nous éclairer sur ce concours, sur les coudes productions… Narco a bien voulu répondre à nos questions.


kamerhiphop.com : Qui est Narco ?
Narco : Voila en fait la question que je crains le plus parce que à chaque fois que je réponds à une interview, je la reçois toujours à la question numéro une bizarrement. En général, je la crains parce que je n’arrive jamais à y répondre normalement. Je ne sais pas ce que les gens attendent de moi à ce niveau là. Je me définirais comme un mec qui fait du rap comme certains jeunes, qui aime le mouvement hip hop comme beaucoup de jeunes, et qui s’occupe également de certains jeunes. Je donne une grande valeur à  l’honnêteté, à la loyauté et à la franchise car pour moi ces trois éléments sont les seuls vraie clé du succès.


Depuis combien de temps es tu parti du bled ?
Question intéressante. La dernière fois que j’ai quitté le pays, c’était le 08 janvier 2001 pour m’installer en Allemagne. Entre temps, Je suis venu en vacance en 2003 et j’ai passé deux semaines.


Pourquoi avoir attendu tant d’année avant de t’investir dans le hip hop kamer ?
Comme on dit au kamer « tu me cherches les blêmes » (rire). Attends, c’est une blague ? moi j’ai toujours été dans le hip hop kamer. J’ai commencé à rapper en 1992. la première fois qu’on est passé à la radio mon crew et moi, c’était en 1994 – 1995 je crois. A cette époque là, le rappeur Prothek Tho’r avait une émission à la radio, avec mon premier groupe qu’on appelait le Meteor Alpha Possi. Je rappais avec mon petit frère qui s’appelait MC Flo qui est décédé en 97. En 1996, nous avions participé au hip hop mobile de Berlin à l’institut Goethe. J’ai eu à côtoyer les groupes tels que UMAR CVM, Malekun fu, Etat Major, Section Extrême, Polo devenu Krotal, AK Sang Grave qui est venu un peu plus tard. Bref, il y’avait pas mal de rappeur. a cette époque là, j’étais avec Nocturne du groupe rage de Z Vil, on formait le SS Posee et j’ai également bossé avec DJ Str’ss. Il y’a tellement de nom que je préfère ne pas le citer de peur d’en oublier certains. En 1997, nous avions enregistré un titre chez Bilik. Depuis mon tendre enfance, je me suis toujours investi dans le hip hop kamer.
Il est bien vrai que je ne suis plus au bled, mais je continu toujours à bosser avec les kmers Ici en Allemagne il y’en a qui me contactent pour des instrumentaux ou des featuring . Ce que je veux, c´est que ça bouge plus et que le hip hop kamer arrive à intéresser les producteurs de l’hexagone. C’est ce que je vise quoi.


Parle moi de la Beatz Contest ?
Au départ, elle n’était qu’une simple idée. Après c’est devenu un idéalisme pour moi. Elle est pour moi une beat motivation; vu les talents au pays, je me suis dit qu’il fallait faire quelque chose. En fouillant sur le net, je suis tombé sur des petites pages et des articles des journaux qui parlaient des rappeurs kamers résident au Gabon et un peu partout et je me suis dit pourquoi est ce qu’on ne parlera pas des rappeurs kamers en général ?  Quand j’ai eu un bon soutient qui était kamerhiphop.com, j’ai décidé me lancer étant donné j’ai de très bon contact sur place qui s’y connaissait et je voulais à tout prix faire comprendre aux jeunes qui vont dans la direction du rap qu’il y’a des gens qui s’intéressent à ce qu’ils font. Moi, à mon époque quand je commençais à rapper, il y’avait pas de feed back. Nous rappions dans nos chambres. De temps en temps, il y’avait les Sundays Rap et quelques petits événements des kwatts. Mais au fond, on n’avait pas le pressentiment que la chose intéressait vraiment les gens.
Lorsqu’un rappeur reçoit les musiques de l’étranger et à la chance de rapper dessus et aussi une opportunité de produire un truc, je pense que c’est quelque chose de motivant. A travers cette Beat Contest, je veux motiver les jeunes à rester dans le mouvement et je sais que tous ceux qui ont participé ont maintenant une raison de pousser encore plus. Il y’avait des bon et des moins bon, le meilleur a gagné. Les musiques viennent d’Allemagne et le gagnant qui est Olliviera posera et on verra quoi.


Nous savons que ce concours a été organisé par les coudes productions. Alors qui se cache derrière cette structure ?
Derrière les coudes productions se cachent directement trois personnes, et indirectement il y’a une vingtaine de personnes derrière le projet. mais je préfère parler de ceux qui sont directement derrière parce qu’il y’a deux couches à savoir la couche direct qui comprend : DJ Pat, DJ Eskei (mon DJ personnel) et moi-même. Derrière nous, il y’a une vingtaine de personnes qui s’occupent de pas mal d’autres choses.


Nous savons que c’est le rappeur Olliviera qui a remporté ce concours. qu’aura-t-il comme avantage ?
Il aura tout d’abord les avantages primaires c’est-à-dire nous lui fournirons les musiques, il enregistrera au bled avec le support de kamerhiphop.com. j’ai discuté avec DJ Bilik pour qu’il soutienne le projet comme il l’a fait avec la Beat Contest. Une fois l’enregistrement terminé, le mixage sera fait par la première couche des coudes productions et le mastering par la seconde couche des coudes productions. Voila les premiers avantages.
En suite il recevra environs 50 CD en guise de cadeaux. C est à lui maintenant de montrer des grandes qualités de commerçant et de les vendre dans l’underground. Voila en quelque sorte les avantages qu’il aura. Tout ce qui  pourra arriver après dépendra du comportement de l’artiste. Et la décision qu’il y aura à prendre est un peu au dessus des coudes parce qu’elle concerne la couche cachée des coudes. C’est elle qui décide et si l’album est bien, il aura la chance d’introduire une maison de production plus grande que les coudes productions qui s’occupera de la distribution en France et au Cameroun. Avec le soutient de kamerhiphop.com, on va essayer de mieux vendre l’image d’Olliviera. Je tiens à rappeler qu’après cet album, Olliviera est libre de signer avec qui il veut. Si ça l’intéresse de continuer avec les coudes, la décision devra venir de lui.


Un mot à l’endroit de ceux qui ne croyait pas à ce concept de la Beatz Contest ?
Je dirais que les rappeurs kamers doivent être sérieux. Ce qui est sur dans un projet comme celui de la beat contest ou on ne demande rien financièrement à l’artiste (qui n’a rien à perdre), les gars ont intérêt à participer. Si t’es bon, de toutes les façons tu taperas à l’œil des producteurs. Ceux qui ne croient pas à ce genre d’initiative ne croient pas en eux. A ceux qui étaient sceptiques, je leur dit d’essayer de changer leur façon de voir les choses (je ne critique personne). Ils ont sûrement leurs raisons ; mais je crois qu’ils devraient s’informer et savoir qui se cache derrière ce genre de projet. Moi beaucoup des rappeurs au bled me connaissent et ils savent que lorsque que je promets quelque chose, je le réalise.


A quand la deuxième édition ?
La première était une beat contest d’expérience, il faut d’abord attendre qu’elle s’achève complément. Il faut que l’album d’Olliviera sorte et après, nous ferons une assise avec nos partenaires et nous discuterons des points positifs et négatifs, revoir ce qu’il y aura à corriger. Et à partir de ce moment, on pourra programmer la deuxième édition. La date n’est pas encore fixée. Ce que je sais, c´est que cette deuxième édition ne sera pas exclusivement préparer par les coudes Productions parce qu’ici en Allemagne, nous avons pas mal de maisons de productions qui sont intéressées par ce projet.


Je sais qu’à travers kamerhiphop et d’autres medias, tu es au courant de ce qui se passe au bled (rapologiquement parlant).Quelle différence fais tu entre le rap kamer des années 90 et celui d’aujourd’hui ?
Il y’a des différences positives et des différences négatives.
En 90, il n’y avait pas de beat. On se battait pour avoir des sons de face B. il n’y avait pas assez de scènes et ceux qui étaient à l’étranger ne croyaient pas encore au hip hop kamer. Moi-même, à cette époque là j’écoutais du rap mais je n’écrivais pas encore de texte. J’ai écrit mon premier texte de rap en 1992. tout le monde allait enregistrer dans le studio 4 pistes de Nguini à Mvog Mbi (NDRL, quartier de Yaoundé). Tous les rappeurs se connaissaient à cette époque là. Chaque fois qu’on se retrouvait à Afrikan Logik, on savait qui était ancien et qui était petit. Moi je faisais parti des petits, c’est la loi. On ne peut pas arriver quelque part et devenir directement grand. Lorsqu’on nous donnait notre chance, nous profitions au max. après le décès de mon petit frère, je n’ai plus trop suivi le mouvement, j’ai pris du recul. Il y’avait également le Bac… Dans les années 2000 quand j’étais encore au pays, j’ai eu à travailler avec DJ Bilik, Bazor qui est devenu Sultan Oshimihn, Suspens et Black de Malekun Fu. Il y’avait beaucoup de fraternité dans la chose. On faisait le hip hop par amour car il n’y avait pas d’argent. Aujourd’hui, j’ai l’impression que ça va tellement vite qu’il y a des gens qui n’ont même pas encore fait leur premier pas dans le milieu mais ont la grande gueule. Nous n’en avons pas besoin.
Le but, c’est pas de rapper dans un petit concert et toucher un cachet de vingt ou trente mille franc mais c’est d’être produit par une grande maison d’édition, d’avoir ses CD partout, de faire de bons vidéogrammes, de passer à la télé régulièrement, de sortir du pays aller au delà des frontières que ce soit en Afrique ou ailleurs…
Aujourd’hui, il y a des gars qui montent leur propre beat, il y a pleins des clips vidéo hip hop ce qui est une bonne chose. Qu’ils soient bon ou mauvais, là n’est pas le blême. S’il vous arrive de critiquer, faites le avec respect car ces gens ont posé des actes.
L’arrivée des ordinateurs et autres caméscope nous ont facilité la tache alors qu’avant, il fallait payer un studio professionnel ce qui n’était pas facile pour nous rappeurs. Etant donné que Les chanteurs de makossa et bikutsi ne croyaient pas en nous, ils ne pouvaient pas mettre leur blé dans le rap. C’était ça le blême.  Je fais un big up à tous ceux qui n’ont pas lâché, je pense notamment aux gars comme DJ Str’ss qui ont éte toujours present dans l ombre de grand nombre de rappeurs de l’epoque.


Narco croit il au hip hop kamer ?
Bien sur que je crois au hip hop kamer. Si ce n’était pas le cas, je ne serai pas là aujourd’hui à répondre à tes questions.


Est-ce que Narco peux me raconter sa journée ?
Ma journée commence à 6h30 min. je me lève, je me douche, je prends mon petit déjeuner et je vais au boulot pour 4 heures de temps. Après le boulot, je vais à l’université jusqu’à 18heures. A partir de 18 30 min – 19h au plus tard, je suis à la maison. je me lave et je me repose une heure. Je regarde les Simpson, c’est ma BD préférée. je vais en studio bosser pour une heure. je me repose un peu et à 22 heures, je m’installe devant mon ordinateur pour arranger mes cours et peaufiner certains de mes travaux. Une fois terminé, direction le lit. Le week end,  je me réveille à 10 heures. A 10h30min – 11h, je bûche (NDRL, expression kamer qui signifie apprendre ses leçons) jusqu’à 14h – 15h. après le buching, je sors avec les potes…


Quand comptes tu revenir au bled ?
Ça sera une surprise.


Que réponds tu à ceux qui disent « qu’il n’existe pas de pont entre les rappeurs locaux et ceux qui vivent en Occident » ?
Je dirais qu’ils ont raison Dans le cas ou ils sont aveugles.


Si t’as des conseils à donner aux MC’S du bled. Qu’est ce que tu leur diras ?
Je crois qu’il est important de ne pas dire qu’on est le « plus grand » même si on le sent dans son fort intérieur, même si les autres te le disent tout le temps, Il faut toujours avoir l’esprit « petit » pour pouvoir être un grand rappeur. quand on est petit, on a toujours le rêve de grandir. Il faut rester tel qu’on est et il faut respecter les aînés.


T’as des projets ?
Les coudes productions et Moccatunes viennent de terminer leur studio professionnel, il y’a quelques jours. C’est officiel, nous avons un studio professionnel d’enregistrement (rire). Mais ne vous inquiétez pas, je garde toujours mon home studio. Je voudrai également aider le hip hop kamer à devenir national (pas seulement Douala et Yaoundé).


Pour des rappeurs qui voudront te contacter, peux tu me donner tes coordonnés? (adresse email, site Internet ou numéro de téléphone).
Ils peuvent m’écrire dans mon blog
www.myspace.com/mcnarco. Le numéro du  studio est +493516567345, mon email : mail@narcomc.com


Ton mot de fin ?
Je suis convaincu que le hip hop kamer triomphera, j’en suis persuadé. Personne ne me dira le contraire et quelque soit la méthode, nous allons y arriver.                                                                                          

Leave a Response