hello@kamermoov.com
samedi, décembre 3, 2022
On Djoss

Tall X Man : « Mon champ lexical: Amour et Unité »

Vainqueur du concours « prix Gabao Yaoundé 2010 » , Tall X Man a reçu un standing ovation honorable après la sentence du jury dans la salle de spectacle du Centre Culturel Français de Yaoundé le 24 Avril dernier dans le cadre de  la 4ème édition de Kamerhihop show.


À 25 ans, Tall X Man est un jeune légume du milieu Hip hop « made in Cameroon ». Il se revendique de la culture Rasta. Il définit son concept comme étant le  « combattant de l’éveil de l’esprit ».  Tall X Man est un homophone du  talisman (porte bonheur) en français. Tall X Man est ce « grand Homme inconnu »  en référence à JAH. Sa dévotion pour le dessin revêt manifestement une vocation d’artiste inavouée jusqu’à l’âge de 8 ans.  Né en 1985 à Ossim I (Mbam et Kim) pourtant originaire du Sud Cameroun, Tall X Man de son vrai nom vrai nom AVA AVA Paul Frédéric est le fils unique à sa mère (enseignante de français au lycée) à qui il doit une reconnaissance pour la rectitude  de ses textes. Parcours scolaire atypique, Tall X Man est à cheval entre l’enseignement technique et l’enseignement général. Paul Frédéric peint son avenir dans l’Art lorsqu’il obtient son CEPE (actuel CEP). Il projette d’aller à l’IFA (Institut de Formation Artistique) de Mbalmayo ce ne sera  malheureusement pas le cas. Il commence par l’enseignement général. Puis, rendu en quatrième (4è), sa mère (Mme AVA) estime qu’il devrait « faire la technique ». C’est ainsi qu’il reprend en première année au CETIC Charles Atangana et obtient quatre ans plus tard le Certificat d’Aptitude Professionnel (C.A.P) option électricité avant de poursuivre  au lycée de la Citée Verte jusqu’en première espagnol où il va marquer un temps d’arrêt pour se lancer dans une carrière musicale.


Lyriciste et compositeur, Tall X Man autrefois appelé Eskimot, écrit son premier texte en 1999 quand il intègre le crew ISSU alors qu’il est à l’Institut Siantou Mvog Ada.  Le « roots boy » chevauche les quartiers de la citée capitale (Yaoundé) : Essos, Nkolbisson passant par Anguissa où il fait la connaissance des ses amis Mag P et des groupes H20 et Universel. Plusieurs scènes underground à son actif en tant que rappeur. Il dit avoir ressenti la « fibre reggae » quand il a interprété le refrain d’une composition intitulé « le monde change » en 2003. L’aventure avec ses pairs va durer jusqu’en 2007 quand Tall X Man décide d’entamer une carrière solo. Il se concentre à l’élaboration de son  maxi qui sort une année après : Celui Qui Pense (auto production). La sortie de cette galette de six titres, coloration reggae, dance hall,  lui permet de réaliser la difficulté à autogérer un projet musical. Alors, les échanges et les collaborations se perpétuent entre Tall X Man et les acteurs et/ou auxiliaires du milieu artistico culturel.


Aujourd’hui, il entend porter son message au-delà de son pays le  Cameroun via la participation au festival Gabao 2010 ; –la participation à un duo avec un artiste de la diaspora  [Scor.pi.o de l’Irlande (Dark Boy Entertainment)]. Un message d’Amour et d’Unité dont l’Afrique a besoin si elle veut sortir de l’auberge. Tall X Man chante  l’Amour et l’Unité dont l’humanité a désormais besoin pour sortir des mailles du réchauffement climatique, des guerres, des catastrophes naturelles et des pandémies.


Bonjour Tall X Man, Quel est le sentiment qui t’anime en tant que lauréat (Yaoundé) du concours Gabao 2010 ?
Bonjour. C’est un sentiment du devoir accompli ! La satisfaction de voir  onze années de travail récompensées. Quand on sait l’opprobre qu’on a coutume de jeter aux personnes qui arborent les dreadlocks. Ils passent généralement pour être des insensés, voire des fous qui  fument  la « weed » (Marie Juana). Alors, Il était question de me mettre au défi, prétendre et pouvoir exporter ma musique au-delà des frontières camerounaises.


Comment tes proches ont-ils reçu la nouvelle ?
Tous mes proches étaient contents ! Ma vieille (Mme AVA, enseignante de français) en l’occurrence. C’est quelqu’un qui m’aime beaucoup et qui a toujours voulu ma réussite.


Que promets-tu au public camerounais ?
Diffuser le message sur toute la planète … commençant par le Gabon. Je suis investi de cette mission là. J’apporte un message d’Amour et d’Unité. Il y a encore deux choses que je dois corriger avant le début de la compétition le 24 Juin prochain. Respect aux compétiteurs de la sous-région. J’ai compris certaines lois de la vie : avoir la foi en DIEU et croire en soi. Mon seul et unique adversaire sera moi-même !


Tes attentes…
Que le festival soit un tremplin pour la suite de ma carrière. J’espère trouver en cette rencontre une fusion avec mes pairs artistes. Pour quoi pas taper à l’œil d’un producteur pour enfin sortir mon album.

Leave a Response