hello@kamermoov.com
samedi, décembre 3, 2022
News

La deuxième saison du Buss it Up a pris fin ce Samedi 28 Juillet 2012

Initialement prévue pour  huit dates, cette  saison II s’est plutôt arrêtée à la quatrième; les raisons évoquées ici seraient plutôt liées aux finances, un détail de plus en plus incontournable pour l’organisation et la réussite d’un évènement.


Le petit Tam-Tam avait alors arboré les couleurs « reggae » spécialement pour le sound system dont l’impulseur n’est autre que Sultan Oshiminh. Une aventure qui devrait promouvoir d’une certaine manière  notre culture, d’où l’appel à l’implication de tous, comme le souligne si bien Oshiminh :  « Il y a des gens qui ne captent pas bien le concept…ils disent que c’est une initiative qui n’appartient qu’à une seule personne et c’est ça qui nous freine encore. On devrait plutôt tous soutenir ce mouvement pour qu’il devienne fort. I’m not alone, we are just one ». Des propos qui donneraient matière à réfléchir si on s’en tenait à l’affiche qui annonçait l’évènement, sur laquelle on ne voyait que l’image de son promoteur…Qu’à cela ne tienne, la soirée de clôture du Buss It Up saison II s’est bel et bien tenue Samedi dernier au lieu dit Tam-Tam (ancienne Terre Battue) et on a pu constater la présence massive des différents acteurs du mouvement HipHop, ainsi que les fans et curieux à la recherche des coins chauds pour y passer une soirée des plus incandescent, même si on pouvait déplorer l’arrivée très tardive du public (heure camerounaise oblige) qui s’expliquerait sans doute par la tenue d’un évènement du même genre du côté du lycée bilingue d’Essos aux mêmes heures…
Parmi les artistes de Yaoundé(Krotal, Ivee, Sumalek, Shamir Sunshine, Flair, Zasta, D.O.S Legar, Ayriq Akam, Mister Sto, Danielle Eog…) s’ajoutait également une délégation venue de Douala (Terror, Killa mel, Kastra ou encore l’animateur de Nostalgie Fm Brice Albin), avec Reezbo (Ak sang Grave) au micro de présentation. Baptisé Saison du clsh HipHop contre Reggae, le Buss It Up aura tout de même connu un succès, même si son promoteur (Sultan Oshiminh) nous avoue déplorer le comportement de certains qu’il trouve non professionnel: « Je regrette l’attitude de certains artistes qui se croient déjà super stars…Ils ne venaient avec leur public que lorsqu’ils étaient programmés et n’étaient plus présents quand c’était le tour des autres… » Un souci de solidarité sur lequel l’artiste compte se pencher ces jours-ci avec l’accompagnement de ses pairs: « Une assise s’impose entre les différents acteurs du mouvement hiphop en vue de pallier à ce genre d’attitude que je trouve indigne ».


par Darysh

Leave a Response